Cette histoire pourrait-elle accélérer l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en Australie? Marco et David se sont mariés en Grande Bretagne, leur pays, en janvier dernier. Ils sont allés passer leur lune de miel à Adelaïde dans le sud de l’Australie. Au cours de leurs vacances, David chute dans des escaliers et se blesse grièvement à la tête. Il meurt peu après.

Lorsque David prend contact avec les services funéraires pour s’occuper des détails concernant le décès de son mari, c’est la douche froide. La personne qu’il a en face de lui lui répond que, contrairement à d’autres Etats australiens, l’Etat d’Australie du sud ne reconnaît pas les mariages de même sexe contractés à l’étranger et que par conséquent, il n’est pas un interlocuteur valide. Le propre père de David doit prendre l’avion et venir régler les détails lui-même. Heureusement, les relations sont bonnes entre le père et son gendre. Sans quoi, Marco n’aurait pas eu son mot à dire. Dernière humiliation: le certificat de décès de David comprend la mention « jamais marié » (« never married »). « A ce moment-là, j’ai demandé s’il était possible de tout simplement ne pas mentionner le statut marital. On m’a répondu: « Non, ce n’est pas dans les options du menu déroulant sur l’ordinateur », raconte-t-il à Buzzfeed.

hero-image

David & Marco Bulmer-Rizzi

Très choqué, Marco a décidé de médiatiser l’histoire, notamment sur les réseaux sociaux, avec le hastagh #nevermarried. Cela a fonctionné, le Premier ministre d’Australie du Sud s’est excusé et a promis que l’Etat reconnaîtrait bientôt les mariages des couples de même sexe conclus à l’étranger. Selon Marco, il a également promis qu’un nouveau certificat de décès lui serait remis une fois que cela serait fait. Seule consolation pour Marco, David a pu donner trois de ses organes avant de mourir.

Malgré cette petite victoire, le hashtag #nevermarried continue à circuler pour demander l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en Australie. Une pétition a été lancée. Le nouveau Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, y est favorable et souhaite un référendum sur le sujet. Mais rien n’est encore décidé officiellement.