Cordova-663x1024C’est un cancer qui a emporté Jeanne Córdova. Militante, journaliste, auteure, elle est considérée comme une pionnière dans la lutte pour les droits des lesbiennes aux États-Unis et plus particulièrement en Californie. Jeanne Córdova s’est éteinte à l’âge de 67 ans le 10 janvier. En 2011, son livre When We Were Outlaws: a Memoir of Love and Revolution («Quand nous étions hors-la-loi: Mémoires de l’amour et de la révolution») revenait sur son engagement. Plusieurs prix lui ont été décernés pour cet ouvrage, dont le Lambda Literary Award, ainsi qu’un Stonewall Book Award en 2013.

Née en 1948 en Allemagne, elle a été présidente de la première organisation lesbienne américaine Daughters of Bilitis (ou DOB, créée en 1955) au début des années 70, avant de créer le premier centre lesbien de Los Angeles. Elle a été la rédactrice en chef de Lesbian Tide, le bulletin de DOB, qui devint rapidement une publication lesbienne et féministe indépendante. Lesbian Tide est considéré comme le premier média lesbien national.

La liste des associations, des manifestations et des conférences dans lesquelles Jeanne Córdova s’est investie est longue. Elle est aussi l’auteure de plusieurs ouvrages, Sexism: It’s a Nasty Affair en 1976, et Kicking the Habit: A Lesbian Nun Story au début des années 90, dans lequel elle raconte sa vie au couvent durant sa jeunesse. Elle est en outre la fondatrice de la Los Angeles Gay and Lesbian Press Association. Plus récemment, en 2008, elle avait participé à la création du Lesbian Exploratorium (LEX), un centre basé à Los Angeles dédié à l’histoire, à la culture et au patrimoine de la communauté lesbienne. Elle avait épousé en 1995 sa compagne Lynn Ballen.

Se sachant condamnée, elle avait publié en septembre dernier sur le site Afterellen une lettre poignante dans laquelle elle faisait part de la dégradation inéluctable de ses capacités physiques et mentales, mais revenait aussi sur son riche parcours de militante, sur ce qu’elle avait participé à créer et sur le bonheur que cela lui avait apporté en tant que féministe lesbienne radicale. Une vie sans regrets de «hors-la-loi».

L’association Human Rights Campaign lui a rendu hommage.