Elle avait marqué le premier volet de la saga Hunger Games dans le rôle de Rue, Amandla Stenberg vient de faire son coming-out: «C’est extrêmement dur d’être réduite au silence et c’est profondément blessant de se battre contre son identité et d’essayer de rentrer dans un moule dans lequel on ne devrait juste pas être. En tant que personne qui s’identifie en tant que femme noire et bisexuelle, ça n’a pas été facile, et ça fait mal, c’est bizarre et inconfortable… mais quand je me suis rendue compte que puisque Solange [Knowles] et Ava DuVernay et Willow [Smith] et toutes ces femmes noires regardent cela en ce moment, je n’ai absolument rien à changer.»

http://amandla.tumblr.com/post/136866720678/so-i-took-over-the-teen-vogue-snapchat-today

«Ce n’est que le début, affirme-t-elle, il reste tant de travail à accomplir pour toutes les femmes de couleur, il nous faut plus de représentations au cinéma, à la télévision, il faut que nos voix soient plus fortes dans les médias. Et pas que pour les femmes de couleur, mais aussi pour les femmes bisexuelles, les femmes homos, les femmes trans, les femmes qui souffrent de pathologies mentales. J’en ai assez de toute cette misogynie, de cette homophobie, de cette transphobie que je vois autour de moi.»

Si on la voit moins actuellement au cinéma, Amandla Stenberg est donc très mobilisée sur les questions de représentation des femmes de couleur dans les médias, de racisme et d’appropriation culturelle. La jeune afroféministe est actuellement en couverture de Teen Vogue US dans un numéro consacré aux «Power girls» qui sont les nouveaux visages du féminisme. Un titre qui lui va comme un gant. Dernier clin d’œil à ce beau coming-out, la photo que la jeune actrice a posté sur son compte Instagram avec la courte mention: «En chemin pour te dérober ta copine…»

on my way to steal ur girl…

Une photo publiée par amandla (@amandlastenberg) le