Le 13 avril 1981, Gai Pied fête ses deux ans au Palace. Nous sommes à 13 jours du premier tour de l’élection présidentielle, qui oppose notamment François Mitterrand candidat de l’union de la gauche, Valéry Giscard D’Estaing, le président sortant, et Jacques Chirac. Durant la campagne, le Parti socialiste a promis aux homosexuels un certain nombre de réformes, mais le candidat ne s’est pas encore exprimé clairement sur le sujet.

« LA CAUSE DOIT ALLER AVEC LA FÊTE »
Ce soir-là au Palace, la fête bat son plein lorsque l’écrivain Yves Navarre (Prix Goncourt 1980 pour Le Jardin d’acclimatation) monte sur scène, accompagné de Fabrice Emaer, le propriétaire des lieux. Le philosophe Jean-Paul Aron est également présent. La musique s’arrête. Yves Navarre lit alors un texte, présenté comme un télégramme de François Mitterrand:

« Par ces quelques mots, je tiens à vous dire que je m’associe tant à la ferveur manifeste et nécessaire de votre marche nationale, quand vous défilez, qu’à votre fête de ce soir. La cause doit aller avec la fête. Et je demande à Yves Navarre d’être le message de l’estime et de l’attention que je porte au mode de vie que vous souhaitez et qui doit, obstacles levés de lois à abolir et de lois à créer, être rendu possible. Amicalement, François Mitterrand »

La salle ovationne le message. Problème, il est vraisemblablement faux. La rédaction de Gai Pied, qui publie le message dans les colonnes du magazine, avait en effet contacté le Parti Socialiste. Personne n’a voulu confirmer la véracité du message.

UNE PRISE DE POSITION HAUTEMENT IMPROBABLE
Pour Denis Quinqueton, d’Homosexualités et Socialisme, il fait guère de doute que ce message a été inventé de toutes pièces.

« Je crois bien que oui, ce message du Palace est apocryphe, estime-t-il. Je crois d’autant plus que c’est le cas que la société de 1981 n’était pas celle des années 2010 pour ce qui est de l’acceptation de l’homosexualité. Selon la SOFRES, qui a posé la même question pendant 40 ans (1973 – 2012), en 1981, 29% des personnes interrogées considéraient que « l’homosexualité était une manière acceptable de vivre sa sexualité », en 2012, ils sont 84%. Du coup, une prise de position publique aussi détaillée sur le sujet paraît hautement improbable. Déjà, la fameuse réponse à Gisèle Halimi « l’homosexualité doit cesser d’être un délit » [reprise en une du numéro de mai de Gai Pied, la fameuse couverture titrée «7 ans de bonheur»] était un grand pas. Et puis les mœurs politiques n’étaient pas tout à fait les mêmes qu’aujourd’hui et on imagine mal François Mitterrand, candidat à l’élection présidentielle, adresser un message aux participants d’une soirée dans une boîte de nuit… »

« VOTEZ MITTERRAND! »
Quelles étaient les intentions de Fabrice Emaer et de Yves Navarre? Ils ne peuvent répondre aujourd’hui, le premier étant mort en 1983 et le second en 1994. Sans doute voulaient-ils mobiliser les homos autour de la candidature de François Mitterrand, que certains militants de l’époque, à l’image de ceux du Cuarh (Comité d’urgence anti-répression homosexuelle), trouvaient trop timoré. Dans un documentaire sur le Palace, on peut ainsi voir Fabrice Emaer, le 5 mai 1981, soit cinq jours avant le deuxième tour, chanter La Vie en Rose sur la scène du Palace et lancer à plusieurs reprises:  « Votez Mitterrand! ». Une position qui ne plaît pas à tout le monde.

http://dai.ly/x7wfq5?start=354

Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République. Certains militants et intellectuels gays, comme Gérard Bach-Ignasse, Jean Cavailhès et Pierre Dutey, auteurs du Rapport Gai, Enquête sur le mode de vie des homosexuels (1984), estimeront le « vote gai » a joué dans l’élection du leader socialiste. Ce qui sera contesté par d’autres.

Pour en savoir plus sur cette période, lire l’excellent livre d’Antoine Idier, Les Alinéas du placard (Editions Cartouche), 256 p., 18€. Lire aussi notre interview d’Antoine Idier:  La «dépénalisation», l’autre bataille pour l’égalité des droits, racontée par Antoine Idier

Lire aussi: Mitterrand et les homos: je t’aime, moi non plus (publié le 8 janvier 2011).

M comme mariage pour tous (Fondation Jean Jaurès), de Denis Quinqueton, §téléchargeable gratuitement.

 Merci à l’Académie Gay et Lesbienne pour les images de Gai Pied.
(La marque Gai Pied et ses archives sont la propriété de Gayvox)