Le comédien Michel Galabru est décédé ce 4 janvier à 93 ans. Dans sa carrière longue et fournie, on se souviendra ici peut-être un peu plus de son rôle dans l’adaptation cinéma de La Cage aux Folles, sortie en 1978.

Aux côtés de l’inoubliable Michel Serraut et d’Ugo Tognazzi, il incarnait le député hétérosexuel et ultraconservateur Simon Charrier. Dans le film, la fille de Charrier doit se marier au fils de Renato (Tognazzi) et ces trois-là tentent de cacher au député l’existence du compagnon de Renato, le flamboyant Albin, alias Zaza Napoli.

Dans son incontournable L’homosexualité au cinéma, Didier Roth-Bettoni relève que le comédien a joué dans plusieurs films avec des personnages homosexuels. Des films pas toujours bienveillants, d’ailleurs, à l’image de Duos sur canapé (1979), où Galabru, pour faire fuir l’amant de sa femme, fait sembler de le draguer. Une scène « d’une stupidité et d’une homophobie manifeste », note Didier Roth-Bettoni. Il joue également dans La Triche (1984) aux côtés de Victor Lanoux et Xavier Deluc. Un film qui aborde l’homosexualité encore de manière timide, mais au moins de manière un peu plus positive. Il reprendra enfin son rôle du député Charrier dans les très dispensables La Cage aux folles 2 (1980) et La Cage aux folles 3 (1985).

En dehors de ces quelques rôles, Michel Galabru était connu pour ses très nombreux rôles au théâtre, ses rôles au cinéma dans la série des Gendarme, avec Louis de Funès, ou encore dans Papy fait de la résistance. Il avait obtenu  un César en 1977 pour son rôle dans Le Juge et l’Assassin, de Bertrand Tavernier.