Stéphane Corbin présente "Les Funambules" par yaggvideoYagg a interviewé Stéphane Corbin auteur compositeur interprète à l’origine du projet Les Funambules. C’est maintenant un album de 35 chansons dont les bénéfices seront reversés à des associations de lutte contre les LGBT phobies. Plus de 200 artistes ont participé à ce disque Les Funambules, sorti le 6 novembre dernier. Dix-sept auteur.e.s, 96 interprètes, 20 musiciens, des arrangeurs, des photographes et des graphistes ont travaillé sur le thème de l’amour et des droits des LGBT.

En mai dernier, Stéphane Corbin s’était vu remettre, pour le projet Les Funambules, le Prix des internautes Yagg / Têtu, doté de 2000 euros, lors d’une cérémonie en présence de Christiane Taubira, ministre de la Justice.
Voir notre interview ci-dessus.

L’ALBUM
Au début, il y a donc Stéphane Corbin, sur son canapé, choqué de voir la Manif pour tous défiler dans sa télé. Au final, 35 chansons qui évoquent nos vies, nos amours, nos combats. On aurait pu craindre un déluge de bons sentiments, qui plombent trop souvent les chansons sur ce thème. Heureusement, il n’en est rien.

Sur cet album des Funambules, on trouve de beaux textes (Mademoiselle, joliment chanté par Annick Cisaruck), de magnifiques mélodies (Au début, Alan, Nos silences, La lumière, J’ai rien demandé). Des invités célèbres aussi, qui interprètent des chansons taillées sur mesure. Ainsi, dans Sous quel arc en ciel?, écrit par son compagnon de toujours, Patrick Loiseau, Dave évoque les morts du sida.

Annie Cordy et Liliane Montevecchi flirtent, elles, avec la chanson réaliste pour Histoires d’amour et Ça ne durera pas.  Et quel délice d’entendre Amanda Lear se gausser de La Rumeur (mais de quelle « rumeur » peut-elle bien parler?)… Les tons, les univers, les styles, les hommes, les femmes, se mélangent et forment un bel équilibre. Pour des Funambules, c’est bien le moins.