Le procès de Marwan, étudiant tunisien de 22 ans, a relancé le débat sur les tests anaux (aussi appelés «tests de la honte»).

Ces tests sont utilisés en Tunisie pour «prouver» l’homosexualité (lire Tunisie: Une campagne contre les «tests de la honte» et Tunisie: Un an de prison ferme pour un homosexuel présumé). Dans un communiqué commun, les associations LGBT tunisiennes Without Restrictions, Mawjoudin et Damj condamnent «l’injustice que le jeune Marwan a subie, à travers l’obligation à laquelle il a été soumis de subir un test anal (…) une violation claire de l’intégrité corporelle». Ces associations dénoncent «les violences physiques et psychologiques qui lui ont été infligées pendant son arrestation». Elles exigent la libération immédiate du jeune homme et de toutes les autres personnes emprisonnées en raison de leur orientation sexuelle et réclament l’abrogation de l’article 230 du code pénal qui punit l’homosexualité de trois ans de prison, un article jugé «anti-constitutionnel» et «en violation des conventions internationales signées» par la Tunisie.

Les trois associations se sont associées à la plateforme All Out pour diffuser une pétition en ligne, qui a recueilli à ce jour près de 76 000 signatures.

CONTRAIRE À LA CONSTITUTION
De son côté, Amnesty International appelle à écrire ou à envoyer un courriel (en arabe, en français ou dans toute autre langue) au ministère de la Justice et à la Présidence de la République pour demander la libération de Marwan et l’abrogation de l’article 230 du code pénal, avant le 16 novembre. L’ONG mentionne Mohamed Salah Ben Aissa qui, en septembre, s’était dit favorable à l’abrogation de l’article 230, estimant lui aussi, en sa qualité de juriste, que le texte, qui date de 1913, est contraire à la Constitution dont s’est dotée la Tunisie en janvier 2014. Il était alors ministre de la Justice. Désavoué par le Président de la République Béji Caïd Essebsi, il a été limogé il y a quelques jours pour des raisons qui n’ont, officiellement, rien à voir avec le sujet.

Signer la pétition sur All Out.

Nos derniers articles sur la Tunisie.