«Je suis gay.» Trois mots et une images pour un tweet en toute simplicité. Le skieur américain Gus Kenworthy, 24 ans, multiple champion du monde, vice-champion olympique de slopestyle (une discipline de ski acrobatique) aux Jeux de Sotchi, s’est dévoilé dans le cadre d’une série d’ESPN sur le coming-out dans un monde qualifié de «post-acceptation» ou «post-Michael Sam»:

«J’avais l’impression de faire déjà preuve de tant de courage avec mon corps, mes actions, les trucs que je faisais pour gagner et être le meilleur, raconte celui qui est considéré comme le meilleir du monde dans sa discipline à l’agence Associated Press. Et à côté de ça, je faisais preuve d’une telle lâcheté, en ne laissant personne savoir. Les deux aspects se faisaient la guerre. Je suis heureux qu’ils puissent maintenant marcher main dans la main.»

À Sotchi, alors qu’il rêvait d’embrasser son petit ami en bas de la piste, ce que l’on a surtout retenu de lui, outre sa médaille d’argent, c’est le fait qu’il ait embarqué dans ses bagages au retour quelques chiens errants de la station de ski russe. Le sujet revenait dans toutes les interviews, alors que c’était son petit ami qui faisait toutes les démarches dans l’ombre. Et qui les a gardés lorsque les deux hommes se sont séparés, rapporte ESPN.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Olympic freeskier Gus Kenworthy’s next bold move — coming out

Sur Facebook et Instagram, le skieur développe: «Je suis gay. Wow, ça fait du bien d’écrire ces mots. Pendant l’essentiel de ma vie, j’ai eu peur d’accepter cette vérité. Mais récemment je suis arrivé à un point où la douleur de m’accrocher au mensonge est plus forte que la peur de laisser aller, et je suis fier d’avoir enfin baissé la garde.

«J’ai mis du temps à accepter ma sexualité. J’ai su dès que j’étais enfant mais, en grandissant dans une ville de 2000 habitant.e.S, une classe de 48 gamin.e.s et en devenant athlète pro à 16 ans, ce n’était pas quelque chose que je voulais accepter. J’ai repoussé mes sentiments dans l’espoir que ce ne serait qu’une phase temporaire mais l’idée d’être découvert m’empêchait de dormir la nuit. J’étais constamment anxieux, déprimé, voire avec des envies de suicide.

«Avec le recul, c’est fou de voir le chemin parcouru. Pendant l’essentiel de ma vie, j’ai appréhendé le jour où les gens découvriraient que je suis gay. Aujourd’hui, je ne pourrais pas être plus excité à l’idée de vous dire la vérité. Que vous vous en soyez douté depuis le début que que ce soit une surprise totale, c’est important pour moi d’être ouvert et honnête avec vous. Vous m’avez soutenu à travers beaucoup de mes hauts et de mes bas et j’espère que vous resterez à mes côtés alors que je laisse la place à la personne que je suis réellement, celle que j’ai toujours été.

«Je suis tellement reconnaissant envers ESPN de m’avoir donné cette chance et envers Alyssa Roenigk de raconter mon histoire au monde. Je pense à la douleur que je me suis infligée en restant si longtemps dans le placard et ça me brise le cœur. Si seulement j’avais su alors ce que je sais maintenant: que les gens qui vous aiment, qui tiennent vraiment à vous, seront à vos côtés quoi qu’il arrive; et que ceux qui n’acceptent pas qui vous êtes ne sont pas des gens que voulez avoir dans votre vie, ou dont avez besoin, de toute façon.

«L’une des raisons pour lesquelles ça a été si dur pour moi quand j’étais enfant, c’est que je ne connaissais personne dans ma situation et n’avait personne à admirer, sur les traces de qui je pouvais marcher. J’espère être cette personne pour la jeune génération, donner l’exemple avec honnêteté et transparence, et montrer aux gens qu’il n’y a rien de plus cool que d’être soi-même et d’accepter les choses qui font que l’on est unique.»

I am gay.Wow, it feels good to write those words. For most of my life, I’ve been afraid to embrace that truth about…

Posté par Gus Kenworthy sur jeudi 22 octobre 2015

Parmi les premières réactions à ce coming-out, on notera les messages de soutien de Tyler Oakley, de Miley Cyrus, de Chloë Grace Moretz, de Kyle Krieger (le frère de la footballeuse out Ali Krieger), de l’ancien maire de San Francisco et actuel lieutenant-gouverneur de Californie Gavin Newsom ou de Daniel Franzese côté people. L’équipe nationale américaine et les sponsors du skieur ont aussi fait part de leur fierté de l’avoir à leurs côtés.

Les derniers coming-out.