Invitée par la «Manif pour tous» à son «grand meeting Questions pour un Président de région» le 7 novembre prochain au Grand Palais de Lille, Sandrine Rousseau, tête de liste du Rassemblement «Choisir une Région citoyenne, écologique et solidaire» (Europe Ecologie Les Verts, Parti de Gauche – Front de Gauche, Nouvelle Donne, Nouvelle Gauche Socialiste, collectifs citoyens) n’y va pas par quatre chemins. Déclinant l’invitation, elle en profite pour rappeler le positionnement de son mouvement «pour la famille et l’enfant».

«Nous croyons au sein du Rassemblement, au respect et à la liberté de chacune et chacun de définir ce qu’est pour elle ou lui le bonheur, écrit-elle. La famille n’est pas une institution figée, une vérité immuable ou un dogme. Il existe autant de définitions de la famille qu’il existe de familles. Il nous importe de donner à chacune et chacun la liberté de se déployer, de s’émanciper et de s’accomplir sereinement. Et c’est notre priorité pour les jeunes comme pour les familles.»

Lutter contre les pollutions, favoriser une alimentation bio et locale dans les cantines, favoriser l’accès à la mobilité, encourager l’engagement associatif… Autant de pistes pour soutenir la famille et les jeunes, selon Sandrine Rousseau. Qui compte aussi sur l’école:

«L’école forme les citoyennes et les citoyens de demain. Notre priorité est de leur apporter le bagage intellectuel nécessaire pour développer leur propre regard critique et pour ne pas tomber dans les pièges des discours préconçus fallacieux, des prénotions ou des stéréotypes que vous vous plaisez à entretenir. L’école doit permettre de développer des valeurs d’empathie et de coopération au détriment de la domination d’un groupe sur un autre. C’est par cette voie que les enfants s’épanouiront, que l’égalité femmes-hommes et le respect de chacune et chacun deviendront une réalité.»

«C’est parce que nous voulons protéger les familles, dans leur diversité, et pour rendre hommage à la tradition d’hospitalité de notre région Nord Pas de Calais – Picardie, que nous militons pour un accueil digne des familles de réfugiés qui ont douloureusement fui les conflits et les persécutions, sans réponse humaine à la hauteur de leur désespoir, précise-t-elle. Nous soutiendrons financièrement les maires hospitaliers et redéploierons les sommes disproportionnées allouées à la sécurisation du port de Calais vers un accueil digne.»

La tête de liste enfonce le clou: «La découverte de l’autre est une des clés qui permettra à l’enfant de ne plus avoir peur de l’autre. Favoriser l’ouverture sur le monde pour mieux s’éloigner des idées rétrogrades, passéistes et nauséabondes que beaucoup tentent encore d’insuffler à notre société. Vous pourrez en attester, la jeunesse et la famille sont pour nous des axes majeurs de politique régionale que nous entendons mettre en place. Notre définition de la famille comme les moyens que nous entendons mettre en œuvre pour son bien-être diffèrent, eux, diamétralement des vôtres.»

«Nous refusons bien sûr votre obstination à l’uniformisation des modèles familiaux et au déterminisme biologique, poursuit-elle. Nous rejetons aussi votre vision dogmatique et essentialiste de la famille que vous souhaitez imposer à toutes et tous, comme nous ne sommes pas dupes de votre combat contre la sécularisation de notre société. Nous souhaitons au contraire accompagner tous les enfants quels qu’ils ou elles soient.

«À vos normes exclusives, nous répondons par une démarche inclusive, où chacune et chacun a sa place. Aussi nous poursuivrons notre soutien aux associations qui interviennent en milieu scolaire pour l’égalité femmes-hommes, l’éducation à la sexualité et à la contraception, pour la déconstruction des stéréotypes, contre l’homophobie, contre le racisme et contre le sexisme.

«Nous le ferons avec l’objectif de toute politique publique digne de ce nom: préserver les biens communs, parmi lesquels figurent la diversité et la fraternité. Nous le ferons aussi en pensant aux enfants – dont vous ne vous souciez pas – qui subissent des brimades permanentes, des insultes, des violences et sont parfois rejetés par leurs familles pour leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

«La jeunesse est au cœur de notre projet politique. Une jeunesse fière de sa diversité. Une jeunesse émancipée, où l’altérité ne se conçoit pas comme la perpétuation d’un modèle sexiste mais comme l’ouverture aux autres, à tous les autres. Nous nous engageons à n’être soumis à aucun groupe de pression et à toujours agir dans le sens de l’intérêt général. Un intérêt général qui n’est pas la tyrannie de la majorité sur les minorités. Nous nous engageons à réaffirmer sans cesse le principe essentiel d’égalité entre toutes et tous quel que soit son sexe, son genre, son origine, sa couleur de peau, ses croyances et convictions ou son orientation sexuelle. Nous nous engageons à lutter contre toutes les manipulations à l’opposé des idéaux républicains de laïcité, de liberté d’opinion et de liberté de choix de son mode de vie. Nous nous engageons à lutter contre toutes les menaces et pressions en tout genre qui s’attaqueraient à l’école de la République», conclut-elle.