Officiellement, le limogeage du ministre tunisien de la Justice Mohamed Salah Ben Aissa n’a rien à voir avec sa prise de position il y a quelques semaines en faveur de l’abrogation de l’article 230 du code pénal, qui punit les relations homosexuelles de trois ans de prison.

«Après l’adoption de la nouvelle Constitution, il n’est plus admis de violer les libertés individuelles, la vie privée et les choix personnels, même sexuels», avait déclaré le 28 septembre l’ancien doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, professeur agrégé de droit public. Des propos prononcés quelques jours après la condamnation d’un étudiant de 22 ans pour homosexualité. L’abrogation de l’article 230 du code pénal est l’une des principales revendications des associations LGBT tunisiennes, de même que l’interdiction des tests anaux, surnommés «tests de la honte».

Quelques jours plus tard, dans une interview à la chaîne égyptienne CBC, le président de la République Béji Caïd Essebsi a fermé la porte à une éventuelle dépénalisation de l’homosexualité, ce qui a été vu par certain.e.s comme un désaveu de son ministre de la Justice.

Cette déclaration «a causé des problèmes, mais elle n’est pas la cause de ce limogeage», a néanmoins affirmé l’ex-ministre à l’AFP. La raison de ce départ – Mohamed Salah Ben Aissa a été démis de ses fonctions mais assure qu’il était prêt à partir de lui-même – est son refus d’être présent lors de la séance d’ouverture de la deuxième session parementaire à l’ordre du jour de laquelle figurait l’examen d’un projet de loi sur le Conseil supérieur de la magistrature, un texte qu’il considère comme anticonstitutionnel. «J’ai informé le chef du gouvernement que je ne pouvais pas assister à la plénière car j’étais contre le projet de loi du CSM, a-t-il déclaré sur la radio privée Shems (sur laquelle il avait déjà tenu ses propos sur la dépénalisation de l’homosexualité). Il a insisté et je suis resté fidèle à mes principes. Je ne peux soutenir un projet de loi que je considère comme anticonstitutionnel.»

Nos derniers articles sur Mohamed Salah Ben Aissa.
Nos derniers articles sur la Tunisie.