À l’approche des élections régionales des 6 et 13 décembre, Homosexualités et Socialisme (HES), l’association des «socialistes lesbiennes, gais, bis et trans’», qui s’est donné pour rôle depuis sa création en 1983 de «faire avancer le Parti socialiste dans sa réflexion et ses propositions sur l’égalité et l’émancipation, contre les discriminations des lesbiennes, des gays, des bi.e.s et des trans’», propose cinq pistes pour permettre aux futur.e.s élu.e.s socialistes des conseils régionaux d’améliorer la vie des personnes LGBTI.

«L’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels ne constitue pas un “solde de tout compte” de nos combats pour l’égalité et l’émancipation, estime Denis Quinqueton, président d’HES. Il nous reste tant à faire encore. Mais cela ne se traduit pas forcément par des équipements spécifiques, des dépenses supplémentaires, des services nouveaux. Cela passe d’abord par l’intégration dans un grand nombre de politiques publiques de la réalité des lesbiennes, des gais, des bi et des trans: familles, jeunesse, insertion… Comme pour mettre fin à un oubli ou, parfois, à un déni.»

Quelles sont ces pistes?
1. Encourager le développement des bonnes pratiques en matière de lutte contre les discriminations au travail. HES donne en exemples la Charte de L’Autre Cercle et le programme «Territoires d’excellence pour l’égalité professionnelle» qui concerne à ce jour 15 régions (Aquitaine, Bretagne, Ile-de-France, La Réunion, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes…).

2. Encourager la lutte contre les incivilités et les discriminations dans l’espace public des transports. HES préconise des campagnes d’information, des accords avec les forces de police, la présence d’agents de médiation…

3. Donner les moyens aux comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté de «développer une pédagogie pour favoriser une bonne compréhension de la citoyenneté et une bonne appréhension de l’enjeu de la santé au sortir de l’adolescence». Évoquant l’exemple de l’appel à projets «Projets Réussite éducative en Picardie», HES conseille notamment une dotation budgétaire spécifique et le soutien à des intervenant.e.s externes aux établissements scolaires (associatifs/ves ou professionnel.le.s).

4. Mettre en place un dispositif d’emplois associatifs aidés. L’objectif est de permettre aux associations d’accomplir leur tâche, notamment en matière d’accueil de personnes fragilisées ou de soutien aux victimes. HES donne ainsi l’exemple du dispositif «Cap Asso» qui existe dans la région Centre.

5. Développer une pratique vertueuse dans le domaine de la lutte contre les discriminations et de l’égalité femme-homme, à l’instar du dispositif «365 jours pour combattre le sexisme» mis en place en Aquitaine.

Des propositions «simples et pratiques, au coût maitrisable et à la philosophie claire», conclut HES, qui estiment qu’elles «sont de nature à réduire les motifs de doute, de déception et de désaffection» des électeurs/trices vis-à-vis des socialistes.

Nos derniers articles sur les élections régionales de 2015.