Rory (prénom d’emprunt) se trouve actuellement dans le sud de la Turquie. Son objectif: le Canada. Elle a fui la Syrie en raison de la guerre, et vient de passer trois ans au Liban. C’est là qu’elle a accepté son homosexualité, à 23 ans, raconte-t-elle. Seule sa sœur, qui a fui avec elle est au courant. Rory est convaincue que ses parents n’accepteraient pas son homosexualité et que ses frères la tueraient.

Rory évoque l’un de ses amis, Danny, gay et syrien lui aussi, désormais réfugié au Canada, qui a lancé un appel à financement participatif pour aider la jeune femme à le rejoindre. «J’ai rencontré Danny au Liban et nous sommes devenus inséparables jusqu’à ce qu’il parte, explique-t-elle. Il connaît ma situation et je lui suis reconnaissante de vouloir m’aider. Ce que je vis est tellement difficile, que parfois je perds confiance en l’avenir. Aujourd’hui, je ne peux pas construire mon futur et je ne peux pas non plus me développer en tant que personne à cause de ce qui se passe autour de moi. Danny essaye donc de m’aider à sortir d’ici. Je ne peux pas être ouvertement lesbienne ici en Turquie, je pourrais y perdre la vie.»

Une interview à lire en intégralité dans le numéro d’octobre de Jeanne Magazine>. Des extraits sont en accès libres sur le site du magazine.