«Il s’adresse à qui pour vous ce calendrier? Aux filles? Aux garçons?», demandait le chroniqueur Augustin Trapenard sur le plateau du Grand Journal hier soir devant Florent Manaudou venu présenter le calendrier «Idoles des bassins» 2016. «Aux filles et aux garçons, on n’a pas essayé de cibler en particulier», a affirmé le sportif («Et aux neutres», glisse quelqu’un).

«Vous êtes très détendu et vous êtes un des rares», relève Maïtena Biraben avant d’aborder l’engagement du nageur français en faveur de la communauté LGBT, mentionnant son interview au magazine Têtu. «Vous êtes extrêmement détendu avec ça, a-t-elle insisté, et c’est extrêmement agréable à entendre.» «Je ne vois pas pourquoi il faut être tendu, en fait, a répondu Florent Manaudou en toute sincérité. J’ai plein d’amis gays, j’ai fait la couv’ de Têtu, j’ai fait une séance photo avec Olivier Ciappa avec Fred Bousquet sur Les Couples Imaginaires… Je trouve qu’il n’y a pas besoin de se prendre la tête avec ça. Tout le monde a le droit d’aimer qui il veut.» Le chroniqueur Augustin Trapenard l’a interrogé de nouveau sur cet acte de «militantisme», cet «engagement» du sportif: «C’était un engagement, a confirmé Florent Manaudou, c’était au moment du mariage gay (sic) en plus, donc c’était important de montrer que les sportifs aussi pouvaient s’engager.»

Florent Manaudou avait en outre, avec d’autres membres de l’équipe française de natation, apporté tout son soutien à la nageuse Mélanie Hénique, victime d’une agression lesbophobe en juillet dernier.

Voir l’extrait à partir de 11’50: