Avant le meurtre de Diana Sacayán cette semaine (lire Argentine: Diana Sacayán, militante trans’ emblématique, a été assassinée), deux autres femmes trans’ ont été tuées depuis le début du mois de septembre, s’inquiète Amnesty International dans un communiqué.

Marcela Chocobar avait disparu mi-septembre de la ville de Río Gallegos, dans la province de Santa Cruz, son corps a été retrouvé démembré et brûlé fin septembre. Elle avait 26 ans. Fernanda «Coty» Omos, elle, a été assassinée dans la ville de Santa Fe. Elle a reçu de nombreux coups de couteau et une balle dans la poitrine. Elle avait 59 ans.

«Une ombre plane sur la communauté transgenre d’Argentine, s’indigne Mariela Belski, directrice d’Amnesty International Argentine. Si cette dernière vague de meurtres ne fait pas l’objet d’une enquête efficace, et si les responsables présumés ne sont pas traduits en justice, cela reviendra à délivrer le message qu’il est toléré d’attaquer des femmes transgenres. L’Argentine doit endiguer cette vague de violence. Elle doit prendre des mesures concrètes et trop longtemps attendues en vue de créer une base de données pour recenser les crimes liés au genre et de développer des mécanismes chargés d’enquêter sur les violences liées au genre et de les sanctionner.»

En 2012, Diana Sacayán avait fait partie des premières personnes trans’ à recevoir des papiers d’identité conformes à leur genre, en vertu de la loi historique votée par l’Argentine. C’est Cristina Fernandez de Kirchner, la présidente argentine, qui les lui avait remis. Hier, mercredi 14 octobre, la cheffe de l’État a rendu hommage à Diana Sacayán, et a appelé les forces de l’ordre nationales et locales à collaborer pour élucider au plus vite ce «crime terrible» (à partir de 18’03):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪14 de OCT. Cristina Fernández inauguró nueva línea de producción L’Oreal Argentina.‬

Le secrétariat des Droits humains, qui dépend du ministère de la Justice, s’est aussi exprimé sur ce meurtre, dans un communiqué: «Diana restera dans les mémoires des travailleuses et des travailleurs du secrétariat des Droits humains pour sa vie, sa lutte et son militantisme. Avec une grande douleur, nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour l’éclaircissement des faits et la recherche de la vérité et de la justice.»

Nos derniers articles sur l’Argentine.
Nos derniers articles sur Amnesty International.