L’actrice Rooney Mara est attendue de pied ferme dans Carol, le prochain film de Todd Haynes, pour lequel elle a reçu le Prix d’interprétation au dernier festival de Cannes. L’actrice y joue une jeune vendeuse dans le New York des années 50, qui tombe amoureuse d’une riche femme mariée, jouée par Cate Blanchett. «Il y a beaucoup de gens qui vivent cette expérience, et il y a eu peu de films par le passé pour le montrer», a-t-elle affirmé lors d’une rencontre au New York Film Festival, ajoutant qu’«il est temps» de voir davantage de films qui mettent en scène les vies des personnes LGBT. Carol est l’adaptation éponyme du roman de Patricia Highsmith et sortira en France le 13 janvier 2016.

De sages paroles pour plus de diversité de la part de l’actrice, qui cependant est très critiquée depuis la sortie du film Pan. L’actrice y incarne l’Indienne Lili la tigresse, ce qui lui vaut de nombreuses accusations de whitewashing (le terme utilisé pour qualifier les acteurs et actrices blanc.he.s qui interprètent des personnes de couleurs). «Joe Wright [le réalisateur du film, ndlr] m’a montré des images de cultures du monde entier et m’a expliqué sa vision du village. Ses habitants sont des natifs de Neverland, un lieu totalement imaginaire. Et cela a fait sens pour moi», a argumenté Rooney Mara pour sa défense, sans trop convaincre. Stonewall, le film de Roland Emmerich (sorti aux États-Unis, mais pas en France), a lui aussi essuyé les mêmes critiques le mois dernier. À noter que les deux films, au-delà du whitewashing, ont un autre point commun, celui d’avoir fait un démarrage catastrophique au box-office…