Soyons honnêtes, et concrets….
J’assume de n’avoir pas toujours été exemplaire dans ma prévention sinon je n’aurais pas eu besoin de faire des dépistages régulièrement… Je n’aurais pas eu trois chlamydiaes et des condylomes en 15 ans d’activité sexuelle…

Certains de mes amis ou partenaires sont séropositifs. Parfois je le sais, parfois je l’ignore, parfois on me l’a dit avant, parfois après une prise de risque involontaire. Je n’ai pas un comportement à risques, c’est ma sexualité qui est à risque, c’est même toujours un risque la sexualité, on n’est pas à l’abri d’une micro-lésion, d’une imprudence, d’un imprévu… C’est même tout le sel de la sexualité.

Je veux la PrEP parce que j’ai le frein fragile et souvent déchiré, il m’est arrivé qu’un garçon me masturbe avec son sperme et j’ai flippé ensuite..
Je veux la PrEP parce qu’une fois j’ai perdu le préservatif dans le cul du mec et que je ne m’en suis pas rendu compte…
Je veux la PrEP parce qu’une fois le mec n’a pas prévenu quand je le suçais et qu’il a tout lâché…
Je veux la PrEP parce que personne ne suce avec capote… Surtout pas moi.
Je veux la PrEP parce que parfois j’ai pénétré des garçons sans préservatifs et qu’il est plus dur de se retirer quand on est bien, ou qu’on pense connaître l’autre et qu’on a tellement parlé de tout qu’on présuppose un statut sérologique négatif… On était tellement bien, il me « l’aurait dit ». Sauf s’il l’ignorait!
Je veux la PrEP car je suis honnête et réaliste.
Parce que j’ai le droit de rester séronégatif : #jeveuxlaprep.
Je veux la PrEP parce que je ne suis pas parfait et les discours moralisateurs sur la capote, ça ne prend plus sur moi.
Je veux la PrEP parce que j’ai une sexualité très active, j’ai cette chance.
Je veux la PrEP parce que j’ai une sexualité protégée à 95%, car c’est une pression très forte de se protéger toute sa vie, pour tous ses rapports avec tous ses partenaires….
Je veux la PrEP parce que sur les 10 derniers garçons que j’ai rencontré, au moins la moitié m’ont laissé aller trop loin sans capote…
Je veux la PrEP parce que je veux coucher avec des séropositifs, même pas encore traités ou des garçons qui ne connaissent pas leurs statuts sans flipper si on a un accident, ce qui arrive relativement souvent quand même.
Je veux la PrEP parce que je préfère assumer la Prep que de prendre un traitement post-exposition d’un mois et ses conséquences psychologiques.
Je veux la PrEP parce que je sais que c’est efficace et que ça pourrait servir à d’autres qu’à moi.
Je veux la PrEP parce que même si il y a des gens contre, je me rappelle qu’il y avait aussi des gens contre la promotion du préservatif et contre la pilule, à l’époque.
Je veux la PrEP en France parce qu’elle existe déjà aux Etats-Unis.
Je veux la PrEP remboursée en France parce que je n’ai pas 500€ pour 10 relations sexuelles, ce qui correspond à moins d’un mois dans mon cas… Mais qu’un traitement coûterait bien plus cher puisque jusqu’à preuve du contraire, on n’a pas encore trouvé de vaccin curatif donc ça pourrait bien durer longtemps cette affaire…
Je veux la PrEP car certaines personnes en bénéficient déjà en FRANCE, soit par la voie légale ET GRATUITE des patients qui ont intégré l’essai IPERGAY*, soit par la voie illégale et qui l’achètent par internet ou se la fournissent auprès d’amis qui reçoivent des traitements…
Serais-je obliger de suivre un traitement post-exposition chaque mois pour bénéficier de cet outil supplémentaire?
Non, je n’ai pas décidé d’abandonner le préservatif, je suis responsable. C’est même au nom de cette responsabilité que JE VEUX LA PrEP. J’en ai juste marre d’avoir peur!
Je sais que l’on vit très bien en tant que séropositif aujourd’hui mais permettez moi de ne pas vouloir tous les désagréments – de santé, et sociaux – qui vont avec.
Vous avez mis des années à mettre à disposition les auto-tests en pharmacie qui rendent les gens responsables de leur dépistage.
Des années à permettre la vente des préservatifs en pharmacie pour qu’on prenne nos précautions.
Oui, aujourd’hui je veux un médicament.
Quand il s’agit des femmes, bizarrement, il y a moins de scrupules à délivrer une pilule quotidienne.
Vous avez le droit d’avoir peur. Mais j’ai plus peur que vous.
Alors s’il vous plaît…. Soyons honnêtes… Le temps presse… Il est presque même déjà trop tard pour de trop nombreuses personnes.
Ne me laissez pas les rejoindre.