Invité de l’émission Tout et son contraire sur France Info, le comédien espagnol Sergi Lopez a été passé au gril par Philippe Vandel. Évoquant sa relation un peu conflictuelle avec son père au moment de l’adolescence, le comédien est revenu sur le jour où il s’est fait percer l’oreille: «Pourquoi vous l’avez fait si vous saviez que ça énervait votre père?» l’interroge l’animateur incrédule. «Bah justement. Ce qui m’énervait c’était qu’il me dise des conneries par rapport [au fait] que je mette un anneau à l’oreille. Je supporte pas la connerie. Alors je me suis dit “tu vas voir, je vais en mettre un vrai, comme ça t’auras des raisons de me dire que je suis homosexuel, par exemple”.» Une petite provocation histoire de casser quelques clichés sur les homos, de la part de celui qui n’est, de fait, pas gay… mais qui aurait peut-être bien voulu: «Est-il vrai que vous regrettez d’être toujours hétéro?» demande un peu plus tard Philippe Vandel. «Oui enfin, c’est pas vrai, je suis très content avec ma sexualité, mon orientation sexuelle, nuance Sergi Lopez. Mais c’était pour illustrer à quel point je ne suis pas du tout homophobe. Je trouve qu’on devrait tous quelque part être un peu homosexuels. Mais c’est pas vrai, c’est pour dire “chacun fait ce qu’il veut”. C’est pour montrer mon manque d’homophobie.»

Son regret d’être hétérosexuel, le comédien l’avait déjà mentionné dans un portrait publié sur le site de Libération fin septembre: «J’aimerais, mais je n’ai pas l’attirance», affirmait-il, avant de rappeler son aversion pour l’homophobie: «Tu aimes qui tu veux, on n’a pas à suggérer. La vie, c’est le bordel, pas chaque chose à sa place.» Dans le même état d’esprit, Sergi Lopez s’interrogeait sur les idées autour de la féminité et de la masculinité, et les stéréotypes qu’elles accompagnent souvent: «C’est important de se poser des questions, plus que de trouver des réponses, insistait-il dans une interview pour Marie Claire en 2011. La masculinité a besoin de réponses. Certains pensent bêtement que la féminité fragilise les hommes, lient même féminité et homosexualité. Homo, hétéro: je m’en fiche. Mais je ne peux m’empêcher d’être très hétéro! Si j’avais été homo, je crois que je me serais aussi épanoui. J’aime me dire que tout est possible, que tu peux être ce que tu veux sans être la réplique d’un modèle.»

Sergi Lopez est actuellement à l’affiche du film Les rois du monde avec Céline Sallette et Eric Cantona.