Menée par des chercheurs/euses de la chaire de recherche sur l’homophobie de l’Université du Québec à Montreal (UQAM) en partenariat avec l’Aide aux Trans du Québec (ATQ), une enquête intitulée Mieux intervenir auprès des aîné.e.s trans’ pose une série d’observations et de préconisations afin d’améliorer l’accès aux soins et le bien-être des personnes trans’ âgées de 55 and et plus: «Notre étude sur les expériences des aîné.e.s trans, dont les résultats sont présentés dans ce rapport, permet de mieux connaître leurs besoins et préoccupations, les barrières qu’ils et elles rencontrent, ainsi que les facteurs facilitant leur accès aux services sociaux et de santé.» Douze personnes trans’ âgées de 54 à 81 ans ainsi que cinq professionnel.le.s de santé ont participé à des entretiens afin de couvrir au mieux les différentes expériences et spécificités de ce groupe de personnes.

Depuis quelques années, des structures à destination des seniors LGBT ont émergé au Québec et au Canada: «Plusieurs d’entre elles centrent leur action sur l’orientation sexuelle et peu sur le changement d’identité de genre, qui concerne spécifiquement les personnes trans’, souligne cependant le rapport. Cette absence correspond notamment à un manque de recherche concernant les aîné.e.s trans’. C’est une des lacunes auxquelles ce rapport souhaite répondre.»

Afin de sensibiliser les professionnel.le.s de santé et les travailleurs/euses sociaux, un guide et une brochure ont été édités. Ils contiennent des conseils et des outils afin de leur permettre de comprendre et de prendre en compte les besoins des personnes trans’ et présentent des bonnes pratiques à mettre en œuvre.

Consulter le rapport Mieux intervenir auprès des aîné.e.s trans’.