Amelia Gapin est l’une des huit finalistes pour apparaître en couverture de Women’s Running. Cette athlète trans’ a été sélectionnée parmi 3000 concurrentes. Un vote en ligne élira la gagnante.

Son histoire ressemble à celle d’Aydian Dowling, le bodybuilder trans’ qui fait partie des cinq finalistes pour la couverture de Men’s Health de novembre (le nom du vainqueur sera annoncé lundi 12 octobre).

Sur son blog, Amelia Gapin raconte sa surprise et sa fierté: «Pour être parfaitement honnête, tout cela est super irréel pour moi. Quand je me suis inscrite, je n’imaginais pas que j’aurais une chance d’être finaliste. Il suffit de regarder les biographies des sept autres finalistes pour se rendre compte que des femmes qui participent à ce concours sont extraordinaires et ont des histoires incroyables. Je suis très partagée sur toute cette histoire. Si vous lisez ma biographie sur le site vous verrez que que je ne me cache pas d’être trans’. Je suis très ouverte à ce sujet. En revanche, j’ai toujours détesté l’idée que je puisse être traitée comme quelqu’un de différent. Je ne veux pas être sur la couverture d’un magazine parce que je suis née avec les mauvais accessoires et que les médias sont à fond sur les trans’ en ce moment. Je n’ai aucune envie de me retrouver décortiquée par le voyeurisme des cisgenres.»

Amelia Gapin voit dans sa place en finale le fait de pouvoir montrer qu’une personne trans’ peut courir et surtout être traitée comme un.e athlète cisgenre: «Bien sûr, une couverture de magazine ne va pas changer le monde mais Women’s Running est un magazine d’importance et publier une athlète trans’ à sa une serait assez génial. Ce serait une prise de position».

Cet article est extrait de la chronique Terrains de Jeux du 8 octobre 2015, à lire en intégralité ici.