La haine homophobe des opposant.e.s à l’égalité des droits nous donnerait parfois envie de pleurer, mais Jean-Jacques Ronou a préféré, lui, prendre le parti d’en rire. Il propose donc un récit parodique, mettant aux prises une actrice toute dévouée à la cause LGBT, Conchita Bond, et des méchant.e.s aigri.e.s, répondant au doux noms d’Adolf Vazozenfer et Anne-Claudette de Saint-Fion. Comme le laissent supposer les noms choisis, on n’est pas dans l’humour le plus subtil, mais Ronou a la plume suffisamment efficace pour que cela passe. L’auteur enchaîne les pastilles – flash info, scène de film, soap opera, page de pub, article de magazine – à un rythme qui donne un peu l’impression de regarder la télévision en zappant toutes les deux minutes. Et parce qu’au fond le sujet est sérieux, il glisse parfois une phrase ou deux sur des agressions réelles (dont Yagg s’est pour la plupart fait l’écho) perpétrées pendant les débats sur le mariage pour tous et dont la «Manif pour tous» et ses allié.e.s ont toujours nié qu’elles étaient liées à leurs discours. Conchita Bond contre les Bigots homophobes, de Jean-Jacques Ronou, Edilivre, 146 p., 14,50€.

Cet article est extrait des Lectures de Yagg du 1er septembre 2015, à lire en intégralité ici.