Le Groupe TF1 n’aura pas traîné. Il y a à peine plus d’un mois, SOS homophobie saisissait le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), dénonçant «deux dérapages homophobes et transphobes sur TF1 en moins de dix jours». En cause, la parodie de Conchita Wurst et Kendji Girac par l’humoriste Florent Peyre le 28 août puis l’étrange formulation d’une question de Thierry Demaizière à Gareth Thomas le 6 septembre.

«Alors que notre dernier rapport annuel a montré un enracinement profond des LGBT-phobies (lesbophobie, gayphobie, biphobie et transphobie) en France et que l’été a été marqué par une recrudescence des agressions physiques, il est particulièrement regrettable que la principale chaîne de télévision française permette la diffusion de tels propos», remarquait l’association dans un communiqué.

Une rencontre avait alors été organisée entre des représentant.e.s du Groupe et SOS homophobie. Un mois plus tard, TF1 s’engage, en signant la Charte de L’Autre Cercle.

«La signature de cette charte est un acte important pour le groupe TF1 qui est engagé depuis plusieurs années dans la lutte contre toutes formes de discrimination dans l’entreprise mais aussi sur ses antennes, affirme Nonce Paolini, PDG du Groupe TF1, dans un communiqué. Le Groupe doit être le témoin, dans ses programmes et ses émissions d’information, de la diversité et de la richesse de la société française.»

C’est une semaine de «premières» pour L’Autre Cercle, qui, après avoir obtenu la signature d’une première banque française, BNP Paribas (lire Pourquoi BNP Paribas a signé la Charte d’Engagement LGBT de l’Autre Cercle), peut désormais se prévaloir de celle d’un premier média. Selon nos informations, France Télévisions et Canal+ pourraient suivre.

Nos derniers articles sur TF1.
Nos derniers articles sur L’Autre Cercle.