LE COMING-OUT DE LA SEMAINE
Dans un entretien croisé pour Skating, le magazine de la fédération américaine de patinage, avec sa collègue et amie Ashley Wagner, le patineur américain Adam Rippon annonce qu’il est homosexuel.

«Nous sommes en 2015, explique-t-il. De nombreux athlètes ont envie de sortir du placard, cela fait partie de la culture, aujourd’hui, d’être plus ouvert sur ce que vous êtes et de montrer quels sont vos centres d’intérêt. Bien sûr que les gens s’intéressent à votre orientation sexuelle. Les gens adorent les rumeurs. Quand les athlètes font leur coming-out, cela rend la choses un petit peu plus banale et moins une affaire d’État, surtout dans la communauté sportive. Vous avez en effet beaucoup de respect pour vos collègues parce qu’ils travaillent dur pour atteindre leurs buts. Dans ce cas-là, l’orientation sexuelle devient secondaire.»

Adam Rippon rend aussi hommage à Ashley Wagner. La patineuse est l’une des première à s’être publiquement élevée contre les lois homophobes en Russie à la veille des Jeux olympiques de Sotchi, en 2014, où elle a été médaillée de bronze dans l’épreuve par équipes.

«Être gay n’est pas ce qui me définit, poursuit-il. Ce qui me définit, c’est ce que m’ont toujours appris mes parents: de traiter les autres avec respect, de travailler dur et d’être gentil. Ce sont des choses qui me définissent.»

Le patineur a poursuivi sur Twitter et s’est montré très reconnaissant envers ceux et celles qui lui ont montré des marques de soutien:

«Merci à tous et toutes pour vos charmants messages! Je voulais faire mon coming-out pour que mon histoire puisse aider quelqu’un.e qui souffre comme j’ai souffert auparavant»

«Ce n’est pas choquant mais sans doute cela peut aider… Nous sommes tou.te.s différent.s et vous serez toujours aimé.e si vous êtes honnête avec vous-même».

Adam Rippon est le troisième patineur en activité à faire son coming-out après Johnny Weir en 2011 et Eric Radford en 2014. Ce dernier a été sacré champion du monde en mars 2015 en couple avec Meagan Duhamel.

En décembre 2013, à la veille des Jeux olympiques de Sotchi où il faisait partie de la délégation américaine, Brian Boitano, l’ancien champion du monde (1986, 1988) et champion olympique (1988), était lui aussi sorti du placard.

LA VIDÉO DE LA SEMAINE
Dans l’Ohio, la Kent State University (environ 40 000 étudiant.e.s) s’est associée au You Can Play Project qui lutte contre l’homophobie dans le sport. Des athlètes de nombreuses équipes du campus le font savoir.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Kent State University – You Can Play

LA COULEUR DE LA SEMAINE
Sixième édition du Spirit Day, le 15 octobre, aux États-Unis (et dans le monde). L’idée consister à porter du violet pour sensibiliser à la lutte contre le harcèlement envers les jeunes LGBT. Des athlètes de l’université du Missouri feront partie du mouvement, comme ils et elles l’expriment dans la vidéo ci-dessous, réalisée par Vito Cammisano. L’université du Missouri fut le berceau, en football américain, de Michael Sam qui avait fait son coming-out en 2013 (et fut un temps fiancé à Vito Cammisano). Le footballeur, aujourd’hui sans équipe, est retourné sur les bancs de son université.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Mizzou Student Athletes #SpiritDay

LE T-SHIRT DE LA SEMAINE
Michael Sam et l’acteur et chanteur Jussie Smollett (Jamal dans la série Empire) posent pour la bonne cause avec un t-shirt frappé d’une citation du premier: «De grandes choses peuvent survenir quand vous avez le courage d’être vous-même». Les fonds seront versés à la Forever Dream Foundation.

 

LE RETWEET DE LA SEMAINE
Ben Cohen, inlassable militant pour les droits LGBT, a retweeté le partage par l’association britannique Stonewall de l’histoire de Jak, un jeune homosexuel qui a dû quitter sa famille, a été SDF pendant quatre mois, a songé au suicide. Aidé par Stonewall, il a pu remonter la pente et a retrouvé sa famille.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Jak’s Story

LA FINALE DE LA SEMAINE
Amelia Gapin est l’une des huit finalistes pour apparaître en couverture de Women’s Running. Cette athlète trans’ a été sélectionnée parmi 3000 concurrentes. Un vote en ligne élira la gagnante.

Son histoire ressemble à celle d’Aydian Dowling, le bodybuilder trans’ qui fait partie des cinq finalistes pour la couverture de Men’s Heaath de novembre (le nom du vainqueur sera annoncé lundi 12 octobre).

Just gonna go ahead and share my own #runlikeagirl photo here

Une photo publiée par Amelia Gapin (@entirelyamelia) le

Sur son blog, Amelia Gapin raconte sa surprise et sa fierté: «Pour être parfaitement honnête, tout cela est super irréel pour moi. Quand je me suis inscrite, je n’imaginais pas que j’aurais une chance d’être finaliste. Il suffit de regarder les biographies des sept autres finalistes pour se rendre compte que des femmes qui participent à ce concours sont extraordinaires et ont des histoires incroyables. Je suis très partagée sur toute cette histoire. Si vous lisez ma biographie sur le site vous verrez que que je ne me cache pas d’être trans’. Je suis très ouverte à ce sujet. En revanche, j’ai toujours détesté l’idée que je puisse être traitée comme quelqu’un de différent. Je ne veux pas être sur la couverture d’un magazine parce que je suis née avec les mauvais accessoires et que les médias sont à fond sur les trans’ en ce moment. Je n’ai aucune envie de me retrouver décortiquée par le voyeurisme des cisgenres.»

Amelia Gapin voit dans sa place en finale le fait de pouvoir montrer qu’une personne trans’ peut courir et surtout être traitée comme un.e athlète cisgenre: «Bien sûr, une couverture de magazine ne va pas changer le monde mais Women’s Running est un magazine d’importance et publier une athlète trans’ à sa une serait assez génial. Ce serait une prise de position».

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE
Toujours amoureuse de son épouse Sarah Huffman, Abby Wambach qui lui souhaite un bon anniversaire via les réseaux sociaux.

2 years later… I still love you @sarahhuffman14 #mygreatestlove #happy2ndanniversary

Une photo publiée par @abbywambach le

LE JOB DE LA SEMAINE
Sa collègue Megan Rapinoe est très fière de vendre les produits dérivés de sa girlfriend Sera Cahoone:

LE PORTRAIT DE LA SEMAINE
Sur le site d’ESPN, un portrait de Seimone Augustus, double championne olympique de basket (2008-2012) qui fait les beaux jours des Lynx du Minnesota depuis dix saisons. L’arrière américaine, ouvertement lesbienne, mariée depuis mai 2015, est aussi reconnue pour être une rôle modèle pour les jeunes et les jeunes LGBT, comme le raconte Tamika Catchings, sa collègue en équipe nationale.

LA SUSPENSION DE LA SEMAINE
Si Brittney Griner a repris le chemin des parquets avec son équipe des Phoenix Mercury – après sa suspension de sept matches pour violences conjugales, elle n’a pas participé à la totalité d’un stage d’entraînement en Europe avec l’équipe de basket des États-Unis. Après la WNBA qui régit le championnat, c’est la fédération de basket qui l’a également suspendue: «USA Basketball ne tolère aucune violence», a indiqué Jim Tooley, son directeur.

LES MATCHES DE LA SEMAINE
Premier match de Champions League (16e de finale aller) pour l’Olympique Lyonnais contre les Polonaises du Medyk Konin, à 15h30, ce jeudi, et pour le Paris Saint-Germain – finaliste 2015 – contres les Roumaines de l’Olimpia Cluj, à 16 heures. Nouvelles recrues, forme éblouissante, victoire éclatante contre le PSG (5-0), le 27 septembre, dans le championnat de France, les Lyonnaises montrent qu’elles sont taillées pour une reconquête de la compétition qu’elles ont gagnée en 2011 et 2012. En 2013 et 2014, elles s’étaient arrêtées en huitième de finale, battue respectivement par Postdam et le PSG.

LES CHOCS DE LA SEMAINE
Australie-Pays de Galles, samedi 10 octobre à 17h45, et France-Irlande, dimanche à la même heure. Les quatre équipes sont qualifiées pour les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby mais les deux rencontres vont décider du classement des poules A et D. Il y a de fortes chances que le deuxième de la poule D joue son quart de finale contre la Nouvelle-Zélande, le 17 octobre, première au classement mondial et tenante du titre. Le deuxième de la poule A rencontrera l’Afrique du sud, le même jour.