Égalité des droits, France, Homoparentalité, Mariage, Société, Télé | 28.09.2015 - 14 h 50 | 13 COMMENTAIRES
  • daniel borrillo
  • Global Gay
  • gpa
  • ian brossat
  • lcp
  • Marie-Anne Chapdelaine
  • pma
  • Xavier Breton

À voir ou revoir: «Droits homos: vive la France?», sur LCP

Publié par
La France est-elle un modèle en matière de droits des homos? Vous vous doutez sans doute un peu de la réponse…
debat LCP

Ian Brosat, Marie-Anne Chapdelaine, Daniel Borrillo et Xavier Breton sur LCP. - Photo : LCP (dailymotion)

Après la (re)diffusion du documentaire Global Gay de Rémi Lainé, jeudi 24 septembre, LCP a proposé un débat entre Xavier Breton (député Les Républicains de l’Ain), Marie-Anne Chapdelaine (députée PS d’Ille-et-Vilaine), Daniel Borrillo (juriste, chercheur associé au CNRS, spécialiste des droits des sexualités) et Ian Brossat (adjoint PCF à la maire de Paris) pour faire un point sur les droits des homos (et, par extension, des bi.e.s) en France.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Droit de suite : Droits homos : vive la France ?

Dès le début, Ian Brossat rappelle que les discriminations envers les personnes LGBT sont loin d’être terminées en France et que la France a encore beaucoup de travail. Marie-Anne Chapdelaine enchaîne sur le rôle essentielle de l’éducation, Xavier Breton s’est félicité des avancées tout en rappelant que selon lui il faut distinguer l’égalité des droits et les situations différentes (il était opposé à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homos). Daniel Borrillo a rendu hommage aux mouvements sociaux grâce auxquels ces avancées se sont faites. Ian Brossat rappelle aussi que les député.e.s qui prétendent préférer l’union civile au mariage sont les mêmes qui s’opposaient au pacs, voire à la dépénalisation de l’homosexualité, citant notamment François Fillon.

Le débat s’oriente ensuite sur les combats à venir, notamment la PMA et la GPA, au sujet de laquelle Daniel Borrillo évoque l’exemple du Royaume-Uni.

Les grand.e.s oublié.e.s du débat – mais le titre le laissait présager – sont, une nouvelle fois, les personnes trans’. Le dépôt d'une proposition de loi sur le changement d’état civil par les membres du groupe socialiste à l’Assemblée nationale pourrait être l’occasion pour la chaîne parlementaire de s’intéresser au sujet.

Print This Post
Photo du profil de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (13)
  • Par philippedecondey 28 Sep 2015 - 15 H 59
    Photo du profil de philippedecondey

    « Il n’y a pas eu de propos homophobes à l’assemblée durant des débats sur le mariage et sur le Pacs  »
    Il faudrait mieux être sourd que d’entendre de tels mensonges !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par SG70 28 Sep 2015 - 16 H 37
    Photo du profil de SG70

    "La France est-elle un modèle en matière de droits des homos?"
    ROTFLOLBARO ! (BARO c’est Busting A Rib Out)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Yuna 28 Sep 2015 - 18 H 16
    Photo du profil de Yuna

    « Les droits homosexuels »

    Les droits ont une orientation sexuelle maintenant ?

    Signaler ce commentaire

     
    • Par laurentv 29 Sep 2015 - 19 H 25
      Photo du profil de laurentv

      @yuna c’est ce qu’on appelle un adjectif relationnel.
       
      J’ai souvent lu cette remarque sur le « mariage homosexuel ». L’expression peut poser problème dans la mesure où il ne s’agit pas d’un statut différent du mariage « tout court » et on pourrait aussi dire que cela exclue les bisexuels (et là encore, on peut débattre sur l’adjectif « homosexuel » qui dans certains contextes signifie « de même sexe »)…
      Mais les tournures « droits homosexuels » ou « mariage homosexexuel » pour désigner les droits ou le mariage « des homosexuels » sont tout à fait correctes.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par UncertainWorld 28 Sep 2015 - 20 H 57
    Photo du profil de UncertainWorld

    Sympa. Sauf que ça tourne en rond et que l’on apprend rien de neuf. De grandes avancées passées, un immense travail à faire dans le social et l’éducation, un nouveau terrain de conquête qu’est celui des droits reproductifs. Mais bon ça reste sympa de rappeler tout cela. Vive la France ? Oui et non.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par lepamplemousse 28 Sep 2015 - 23 H 00
    Photo du profil de lepamplemousse

    Ce titre est d’une maladresse révélatrice : il répond à la question qu’il pose.
    (On se souvient de l’émission de Ménie Grégoire «l’homosexualité, ce douloureux problème»).
    Dans le préambule de la Constitution, on parle de l’égalité des citoyens devant la loi. Cette formulation laisse à penser que les «homos» (mais comment seraient-ils définissables, juridiquement parlant?) auraient des droits (ou un droit) à part! C’est la base de la réaction de type «Manif pour Tous», qui argue qu’on n’a pas a donner des droits à une communauté, ce en quoi elle a raison.
    C’est donc l’application stricte de la Constitution qui est en jeu : la loi doit être valable pour chaque citoyen, dans ses devoirs comme dans ses droits.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par vistemboire 28 Sep 2015 - 23 H 46
      Photo du profil de

      @lepamplemousse
      On ne « donne » pas des droits, on les décrète. C’est une décision, pas un cadeau.
      Ensuite, en effet, une communauté n’a pas à avoir des droits particuliers. Ce serait une violation d’un principe républicain fondamental (sur lequel la plupart de nos glorieux élus s’assoient allègrement en s’imaginant qu’on ne va pas s’en rendre compte).
      De là à donner raison à la « Manif pour tous », c’est être un peu trop sensible à l’orwellisation du discours politique.
      Ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent, ce sont bien eux qui défendent l’application de droits particuliers à une communauté : la leur.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Jean 29 Sep 2015 - 13 H 25
      Photo du profil de Jean

      @vistemboire, vous dites « Ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent, ce sont bien eux qui défendent l’application de droits particuliers à une communauté : la leur.  »
      => Je doute que la communauté dont vous parlez existe.
      Par ailleurs, en stricts termes de droit, la Manif pour tous n’a-t-elle pas défendu le statu quo, pour tous les citoyens ? (et non pas « leurs » droits), i.e. la situation juridique depuis la révolution, à savoir que tous les citoyens français ont le droit de se marier devant l’Etat, la nature du mariage étant, entre autres (fidélité, assistance mutuelle etc…) l’union d’une femme et d’un homme ?
      De même, est-ce que la « communauté homo » existe ?
      Je ne crois pas aux communautés, mais aux citoyens.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par vistemboire 29 Sep 2015 - 15 H 21
      Photo du profil de

      @Jeanrobert
      Bien sûr qu’elle n’existe pas, c’est un phantasme créé de toutes pièces pour faire croire qu’ils sont une minorité opprimée.
      Ensuite, tout découle de cette création ex nihilo. Plaider pour le statu quo des droits existants était donc bien défendre des droits applicables à cette catégorie de la population : la leur.
      Je crois, en outre, que les militants du mariage pour tous (terme complétement idiot, soit dit en passant) n’ont pas assez insisté sur l’anomalie (en terme d’universalité des droits) qui réservait le mariage à des couples de personnes de sexes différents.
      C’est bien pourquoi, malgré les codes civil brandis lors des manif des furieux, le discours orwellien de la « Manif pour tous » était parfaitement antirépublicain.
      Sur ce point, dire que la « Manif pour tous » a raison est donc un contresens.
      Pour ce qui est de la réalité de la « communauté homo », je n’en sais rien. Je le sais d’autant moins que je ne suis pas gay. Je crois simplement que le mariage pour tous a été voté parce qu’il était bon pour l’ensemble des citoyens (donc la nation et la République) et pas seulement pour les LGBT.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Phil86 29 Sep 2015 - 16 H 19
      Photo du profil de Phil86

      @jeanrobert : la normalisation progressive de l’homosexualité dans la société a logiquement conduit à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, car le législateur a estimé qu’il n’y avait plus à considérer que les couples homos sont dans une situation différente de celle des couples hétéros et donc que leur appliquer une différence de traitement ne se justifiait plus.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par luc 29 Sep 2015 - 17 H 36
    Photo du profil de luc

    Heureusement que Ian Brossat a souligné les ‘cris de haine’ l’année dernière dans les rues de Paris

    Signaler ce commentaire

     
  • Par mart 29 Sep 2015 - 22 H 28
    Photo du profil de mart

    J’ai bien peur que la haine ordinaire se transmette tout le temps, quand, par exemple, France 2 laisse passer des grosse tapettes sans réaction.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par weiss777 02 Oct 2015 - 17 H 28
    Photo du profil de

    L’homosexualité restera encore réprimée pendant de nombreuses années, il faut attendre. La haine grandit, les prochaines décennies seront pénibles voir douloureuse. Il suffit d’être attentif aux signes. Tout devient pénible, tout est occasion de propos, de regard et de comportement attestant une haine grandissante et latente. Prendre un rendez-vous à la banque, envoyer un recommandé à la poste, voir ses démarches auprès de la Caf mystérieusement longues (papier perdu, en attente de traitement pendant des mois), refus d’ajouter la mention « marié » sur un dossier bancaire (certificat de mariage perdu, les logiciels refusent…), aller dans un centre commercial… La solution est simple, je ne sors plus, j’attends une éclaircie. Il est probable que jamais je ne travaillerai car par le passé j’ai expérimenté, l’espèce humaine m’est devenue infernale. Ma famille est de deux membres, aucun ami (qui voudrait être ami avec un gay névrosé associable et sans emploi « le pauvre ») Ce monde est un enfer. Heureusement les quelques oiseaux qui daignent se poser sur mes gouttières me rappellent que l’homme est éphémère et que la vie est au-delà. Il faut dire que très tôt on nous prépare à cette vie, il y a une dizaine d’années au lycée les professeurs me faisaient comprendre que s’était anormale : « les pédés, il n’y en a pas ici » ou « ce n’est pas normale »… Je vous épargne les excréments humains sur le pas de la porte et le reste de ma vie.
    Tout cela pour vous dépeindre un paysage qui n’augure rien de bon, la masse s’amoncelle à l’horizon.

    Il faut dire qu’il n’existe aucune solidarité franche entre homosexuel(le). Pas de banque, de quartier, de société importante, qui permettrait une certaine forme de contrôle, d’assurer un certain confort dans ce bas monde. La création d’un pays ou la conversion d’un pays serait envisageable. Certains diront qu’il fait chercher à s’intégrer, mais hélas l’histoire nous montre l’inverse, génocide ou statut « particulier ».

    Je peux affirmer sans craintes que la situation actuelle est très loin d’être idyllique (mon époux a eu le torse brulé par des mégots de cigarettes il y a environ 7 ans, il a été battu et laissé comme un chien sur le trottoir à Lille, il garde les brûlures, de honte il n’a pas osé aller au commissariat car ces parents le savaient pas…) certes mieux que l’arabie mais pire qu’un simple « hétéro normo-névrotique de France ».
    Espérons que le temps fasse son œuvre, car il est la seule forme de raison sur ce globe.
    « Voilà pourtant que l’heure est déjà venue de nous en aller, moi pour mourir dans quelque temps, vous pour continuer à vivre ! Qui, de vous ou de moi, va vers le meilleur destin ? C’est pour tout le monde chose incertaine, sauf pour la Divinité ! » Platon

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.