À l’occasion de la sortie de La Belle Saison le 19 août, Yagg s’est entretenu avec Cécile de France, qui porte avec Izïa Higelin cette histoire d’amour intense et passionnée dans le Paris des années 70 en plein effervescence du mouvement féministe. Rencontre autour de ce film qui marque sans nul doute un moment important de sa carrière d’actrice et qui confirme un talent indéniable et une personnalité solaire.

Face à un énième rôle de lesbienne (le sixième de sa filmographie), Cécile de France avait d’abord refusé le projet de Catherine Corsini: «Je me suis demandé si je n’y perdais pas ma liberté. Tout comme je change de genre en passant d’un film d’horreur à un film d’auteur, je passe d’un rôle de bonne sœur à un rôle de flic, je ne voulais pas m’enfermer pour ne pas être l’actrice qui joue tous les rôles de lesbiennes… déjà qu’il n’y en a pas beaucoup et pas assez! J’ai donc dit à Catherine, “Désolée, tu arrives un peu tard”. Elle m’a dit de lire le scénario, en me disant qu’elle ne voyait pas qui d’autre pouvait jouer Carole, que si je refusais, elle ne savait même pas si elle ferait le film, ce qui m’a beaucoup touchée. Je l’ai donc lu, j’ai fermé la dernière page, et j’ai pris mon téléphone pour l’appeler et lui dire que j’avais très très très envie de le faire.»

Émue par l’histoire d’amour entre Delphine et Carole, Cécile de France a aussi été conquise par cet hommage aux militantes féministes parisiennes, à leur énergie dépeinte dans la première partie du film. Ce témoignage d’une époque pas si lointaine lui semble d’autant plus important à l’heure actuelle: «L’égalite des sexes, on en est loin. Sur certaines choses, ça a été, mais on voit bien qu’il y a aussi des grands pas en arrière. Ça fait peur, tout le monde le remarque. Et ça fait forcément du bien de rappeler que tout ce qui a été gagné, c’est grâce à ces femmes qui se sont battues, qui ont pris des risques, qui ont beaucoup de courage, qui ont lutté pour l’émancipation de la femme. Il ne faut jamais l’oublier, et au contraire continuer le combat.»

Si la vidéo ci-dessus ne s’affiche pas, cliquez sur Cécile de France: «Je n’en ai pas souvent, des rôles aussi forts»

Lire tous nos articles sur La Belle Saison:
Notre interview de la réalisatrice Catherine Corsini et la productrice Elisabeth Perez
L’échange avec Catherine Corsini lors de l’avant-première du film au Jeudi c’est gay-friendly!