«Je n’hésiterais pas une seconde et n’aurais aucun état d’âme à soutenir le FN» a déclaré Charles Beigbeder. L’ancien secrétaire national de l’UMP (exclu après avoir présenté une liste dissidente face à Nathalie Kosciusko-Morizet lors de la campagne des élections municipales de 2014 à Paris) a affirmé sans détours son soutien potentiel à Marine Le Pen dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017, lors d’une interview publiée sur le site du Figaro. Ses propos faisaient suite à des déclarations du maire apparenté Front national de Béziers, Robert Ménard, qui dressait une liste des figures politiques de droite qui pourraient apporter leur soutien à l’extrême-droite.

« HONTE »
Face à cette révélation, Jacky Majda, candidat centriste qui avait rejoint la liste de Charles Beigbeder s’est fendu d’un post de blog dans lequel il clame avec ferveur sa «honte» de lui avoir apporté son soutien: «J’ai honte d’avoir été le candidat de cet individu lors des municipales de 2014 dans le 3eme arrondissement… J’ai honte d’avoir été aussi naïf et de croire à son honnêteté intellectuelle… J‘ai honte de l’avoir soutenu et d’avoir été un “faire-valoir” à ce candidat anti-égalité qui souhaite revenir au Moyen-Age sur le plan des moeurs (…) J’ai été naïf et aveuglé par ma volonté de me battre pour défendre les idées auxquelles je crois et je me suis surtout lourdement trompé sur “l’homme” …Une nouvelle fois, je demande pardon à toutes les personnes que j’ai pu choquer ou blesser!»

Pour mémoire, Charles Beigbeder faisait partie des soutiens affichés de la «Manif pour tous», et avait signé la charte du mouvement anti-égalité, charte dans laquelle figuraient l’abrogation de l’ouverture du mariage et la liberté de conscience pour les élu.e.s dans l’application de la loi. Ce qui n’avait pas empêché Jacky Majda d’être sur sa liste, Paris Libéré: «Je le rejoins sur les grands principes, comme la nécessité de renouveler le personnel politique avec des personnalités issues de la société civile, s’était défendu Jacky Majda durant la campagne pour les municipales. Je ne suis pas le pédé de service. Il n’y a pas d’homophobes sur les listes de Charles Beigbeder, juste des points de vue différents.»

Le rapprochement de Charles Beigbeder avec la droite réactionnaire n’est pas neuf. En mars 2015, l’entrepreneur a créé le collectif Phénix avec entre autres Anne Lorne, ancienne responsable de la «Manif pour tous», ou Julie Graziani, militante anti-avortement. Il est aussi à l’origine du réseau L’Avant-garde, qui entend rassembler sous la même bannière «Sens commun, les Veilleurs, le Cercle Charles-Péguy, la Fondation du service politique». Selon Le Point, l’ancien cadre de l’UMP s’est même entretenu avec Marion Maréchal-Le Pen à ce sujet en mai dernier.