Fondée sur le même modèle que la vidéo montrant deux hommes se baladant main dans la main à Moscou, une vidéo, cette fois tournée à Kiev, donne une idée de l’hostilité à l’égard des couples de même sexe dans la capitale ukrainienne. Contrairement à la vidéo de Cheburussia, c’est un véritable couple, Zoryan et Tymur, qui a pris le risque de faire cette expérience, pour le magazine Bird in Flight.

Globalement, le couple a entendu peu d’insultes, mais ont essuyé beaucoup de regards interrogateurs, voire assez hostiles: «On était des extras-terrestres pour eux!» constate Zoryan. Des badauds vont parfois jusqu’à les prendre en photo ou les filmer avec leurs portables: «C’est la première fois que je vois ça», s’écrit une jeune femme qui les interpelle dans la rue. Arrivés dans la rue Kreshchatik, le couple va se montrer plus démonstratif et s’assoit sur un banc, Tymur sur les genoux de Zoryan. Les deux hommes sont alors abordés par un groupe d’une dizaine de jeunes, visiblement issus de la mouvance nationaliste: «Vous vous êtes crus en Amérique», s’est exclamé l’un d’eux. «Ils nous ont demandé si nous étions des patriotes, poursuit Zoryan, nous avons répondu que oui». Il tente de leur expliquer qu’en tant qu’Ukrainiens, il souhaite que chacun.e dans ce pays puisse être être lui/elle-même. Mais la discussion avec le couple n’a pour but que de gagner du temps en attendant qu’une patrouille de police quitte la place. Sitôt hors de vue des autorités, le groupe de jeunes se jettent sur Tymur et Zoryan, les asperge de gaz lacrymogène avant de les frapper (Attention, certaines images peuvent choquer).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Нападение на геев в Киеве

Malgré cet incident, Zoryan voit dans cette expérience certains points positifs: «La conclusion qu’on peut en tirer? Que dans notre société, très peu de gens sont agressifs, la plupart n’en ont rien à faire, tant que ça ne les concerne pas personnellement. Cette minorité essaie de faire en sorte que tout le monde joue son jeu. Nous avons vu beaucoup d’insultes verbales à Moscou, nous n’en avons pas eu ici. Peut-être que les gens en ont pensé quelque chose, mais ils ont décidé de ne pas le dire à haute voix. En soi, c’est un pas en avant.»

Via Attitude.