Après l’autorisation du mariage pour tous dans tous les États américains avec la décision de la Cour suprême le 26 juin dernier, un nouveau projet de loi en faveur de la communauté LGBT va être en discussion. Le texte, baptisé Equality Act, mentionne l’interdiction de toute discrimination liée à l’identité de genre et l’orientation sexuelle dans de nombreux domaines, l’emploi, le logement, l’éducation, le crédit, le logement public, le service des jurés, et les programmes financés par l’État. L’Equality Act apparaît comme une mise à jour du Civil Rights Act de 1964, signé par le président Lyndon Johnson pour mettre fin à la ségrégation raciale. Le Civil Rights Act a rendu illégale toute discrimination basée sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine. Avec l’Equality Act, il sera amendé par l’insertion des termes «orientation sexuelle» et «identité de genre».

Plus précisément, cette loi permettrait aux personnes LGBT de ne plus être discriminées dans le cadre de la vente, la location ou le financement d’un logement. Elles seraient protégées de toute discrimination en ce qui concerne les programmes d’aide financière aux étudiants. La loi interdirait également la discrimination dû à l’orientation sexuelle et l’identité de genre au sein d’une entreprise. Actuellement, 28 États n’offrent aucune protection au niveau de l’emploi pour les personnes LGBT. Les personnes LGBT ne pourront plus se voir refuser des soins de santé, pour elles ou leurs familles, même chose concernant la possibilité de faire un crédit. De plus, le terme de «mari et femme» sera remplacé par le terme de «conjoint», qui permet de reconnaître tous les couples.

L’Equality Act sera aussi un moyen de rendre les différents lois dites de protection de la liberté religieuse, en vigueur dans plusieurs États ineffectives. En mars dernier, le Religion Freedom Restoration Act voté et promulgué dans l’Indiana, avait été vivement critiqué dans l’ensemble des États-Unis, car elle représentait, sous couvert de protéger les libertés religieuses, un permis de discriminer. Si l’Equality Act est adopté, ces lois ne pourront plus être utilisées pour discriminer des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Présenté en conférence de presse ce jeudi 23 juillet, plusieurs personnes sont venues témoigner pour montrer la nécessité d’une telle protection: un couple de lesbiennes qui n’avait pas pu faire examiner leur enfant par un médecin, un homme qui avait perdu son emploi après que son compagnon lui ait rendu visite sur son lieu de travail, ainsi qu’un homme trans’ lui aussi renvoyé après avoir intimidé par ses collègues au sujet de son identité de genre. L’Equality Act est fortement soutenu par les organisations LGBT américaines, ainsi que par plusieurs grandes entreprises, dont Apple, Levi Strauss & Co et The Dow Chemical Company. Si l’Equality Act présenté par le représentant David Cicilline et le sénateur Jeff Merkley, tous deux du parti démocrate, passe au Sénat et à la Chambre des représentants, il sera appliqué dans tout le pays. Il améliorerait à la fois les droits des personnes LGBT mais aussi des femmes en général. «Il est temps pour nous en tant que nation d’être plus ambitieux et meilleur pour garantir les mêmes droits à tout nos frères et sœurs LGBT», a déclaré Jeff Merkley.