Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée Européenne en soutien aux victimes des crimes de haine, le Mouvement d’Affirmation des jeunes Lesbiennes, Gais, Bi et Trans (le MAG Jeunes LGBT Strasbourg/Alsace) et le centre LGBTI de Strasbourg organisent une commémoration dans les places les plus fréquentées de la ville.

Celle-ci débutera à 17h45 à La Station – Centre LGBTI Strasbourg/Alsace (au 7 rue des Écrivains) avec un cortège qui rejoindra la place du Château à 18h pour la commémoration ainsi qu’une minute de silence, suivie d’une réception avec vin d’honneur et enfin, des ateliers. «Il y aura du matériel pédagogique pour sensibiliser et montrer ce qu’est un signe de haine. Il est ouvert à l’ensemble de la population mais il est surtout mis en place pour sensibiliser les jeunes», explique à Yagg David Cupina, président de La Station – Centre LGBTI Strasbourg. «“Le clash des libertés” est un atelier mis en place par le Conseil de l’Europe avec trois thèmes: la démocratie participative, la liberté d’expression et le racisme et les discriminations. Il est là pour débattre et sensibiliser, faire prendre conscience.»

«C’est la première fois que nous faisons cela en France car le Conseil de l’Europe cherche à faire du 22 juillet, une journée institutionnelle, affirme-t-il. L’événement a lieu durant la date anniversaire des attaques d’Oslo et d’Utøya en 2011». Une pétition a été mise en ligne pour que cette journée soit reconnue officiellement comme un mouvement contre les discours de haine du Conseil de l’Europe.

«Malgré les campagnes dans plusieurs pays en Europe, il y a une hausse de l’extrémisme par la voie d’Internet comme le prouvent les récents attentats aux Etats-Unis ou encore à Charlie Hebdo pour la France. Il faut marquer un temps de sensibilisation, ajoute David Cupina. Strasbourg est la ville qui a le plus d’envergure, mais d’autres villes françaises comme Toulouse se mobilisent déjà. Il est prévu que des associations s’organisent pour qu’une journée de commémoration soit également prévue à Liège.»