La Free Pride de Glasgow, un événement alternatif à la Pride principale de la ville écossaise, est sous le feu des critiques après avoir interdit aux drag-queens cisgenres de se produire lors de son spectacle.

« La décision a été prise par des personnes trans qui étaient mal à l’aise avec les performances de drag-queens. Certain.e.s ont eu le sentiment que cela mettrait mal à l’aise des personnes transgenres ou qui questionnent leur genre. Certain.e.s dans le groupe trans/non-binaire ont eu le sentiment que les performances de drag-queens, en particulier les drag-queens cisgenres, se basent sur la vision sociale du genre et en font une blague. Les personnes trans, elles, n’ont pas le sentiment que leur identité de genre est une blague. »

 

Cette décision a déclenché un tollé sur les réseaux sociaux. En outre, plusieurs drag-queens emblématiques ont sévèrement critiqué ce choix.

L’irlandaise Panti Bliss, héroïne du combat pour l’égalité des droits dans son pays, a jugé ce raisonnement « ridicule » et évoqué un « tas de c****ries »

LADY BUNNY TRÈS REMONTÉE
Sur Facebook, la légendaire drag-queen américaine Lady Bunny ne s’est guère montrée plus tendre.

« J’adore leur idée que les numéros de drag pourraient troubler celles et ceux qui ne sont pas encore out en tant que trans. Qu’y a-t-il de si troublant dans le fait de se déguiser en une personne du sexe opposé, de faire un show et ensuite d’enlever son costume? Ou de se mettre en drag pour sortir et prendre un verre juste parce que c’est quelque chose que tu aimes et une chose pour laquelle tu t’es battue. Je suis troublée devant un homme hétéro qui veut changer de sexe pour devenir lesbienne, mais je n’oserais jamais suggérer que cela n’est pas son droit. (…) Une idée, comme ça: traitez tout le monde avec le même respect et les étiquettes n’auront plus aucune espèce d’importance. »

Pandora Boxx, candidate à l’émission RuPaul’s Drag Race estime également sur Facebook qu’elle n’a « jamais rien entendu d’aussi ridicule » et rappelle que « sans les drag-queens, il n’y aurait même pas de Pride ».

« CONSTERNÉE »
La plus remontée reste encore Michelle Visage (qui est une femme cisgenre), juge dans RuPaul’s Drag Race, la très populaire émission américaine de télé-réalité autour des drag-queens. Elle s’est lancée dans une longue tirade sur Twitter. Extraits choisis: « Qui peut bien interdire les drag-queens d’une pride?? C’est la colonne vertébrale de toute pride! (…) Il s’agit de célébrer la FIERTE! Qu’est ce que vous ne comprenez pas là-dedans? (…) Si nous ne soutenons pas les uns les autres, qui le fera? (…) Oh et si vous êtes cis, votre opinion n’est pas pertinente. Je suis CONSTERNÉE. » Sur ce dernier point, la meilleure amie de RuPaul fait référence à un message de Free Pride qui demandait aux personnes cis de ne pas commenter cette décision.

Le groupe Free Pride a depuis précisé qu’il pourrait y avoir des performances de drag-queens trans et que les drag-queens cisgenres étaient les bienvenues… dans le public. Mais reste ferme sur son interdiction des drag-queens cis dans les shows. La principale Pride de Glasgow a de son côté s’est dite « attristée » de cette décision.