En a-t-on fini, comme certain.e.s le pensent, notamment aux Etats-Unis, avec l’identité gay? Et si la gaytitude n’est qu’une simple préférence sexuelle, est-on entré pour autant dans une ère post-gay, comme les médias américains le proclament?

Dans sa brillante analyse de la culture gay (traduite par Peggy Sastre), le journaliste de Slate J. Bryan Lowder explique pourquoi cette culture s’est développée, comment les tendances assimilationnistes et queers ont failli avoir raison d’elle et pourquoi il pense en définitive que la gaytitude, loin d’être ringarde, est «un truc bien».

Lire l’article entier sur Slate.fr