Alors qu’Angela Merkel est toujours contre le mariage pour tous, cela n’a pas empêché les Allemand.e.s de célébrer la Pride de Fribourg-en-Brisgau comme il se doit…ou presque. Samedi 18 juillet dernier, cette ville du sud-ouest de l’Allemagne (qui compte 210 000 habitant.e.s) célébrait sa marche des fiertés. A cette occasion, les stands alimentaires ont vu leurs milkshakes et leurs saucisses traditionnelles remplacés par… des produits 100% vegan. En effet, les organisateurs/trices de l’événement ont choisi d’échanger leurs produits d’origine animale par un régime totalement végétalien, ce qui n’a pas manquer de faire grimacer certain.e.s participant.e.s.

Pourtant, ce n’est pas la première année que les organisateurs/trices ont pris l’initiative d’exclure les produits d’origine animale. Ce fut même déjà le cas l’année dernière, à la différence que ce détail n’avait pas été mentionné sur les réseaux sociaux avant l’édition de cette année. Le comité de Christopher Street Day (CSD) a justifié sa décision en expliquant que le régime vegan convient à la fois aux végétaliens et aux carnivores, et n’exclut donc personne.

Il s’agit en outre d’un choix éthique et politique: «Parce que nous rejetons fondamentalement la domination, nous combattons aussi l’oppression et l’exploitation des animaux», a expliqué le comité du CSD. Résultat? Des frites, des falafels et même des kebabs végétaliens étaient mis à disposition des participants de la pride de ce samedi. La petite ville de Fribourg n’est pas la première à faire des «veggie pride». Ce mouvement se développe de plus en plus dans les pays anglo-saxons ou encore à Genève en 2013. Plusieurs célébrités LGBT revendiquent leur veganisme, notamment le couple Ellen DeGeneres et Portia de Rossi, Alan Cumming, Morrissey, Ricky Martin ou encore Jane Lynch. Pour Dan Mathews, le vice-président de l’organisation Peta, la défense des animaux et la lutte pour l’égalité des droits se recoupent: «Nous reconnaissons la même arrogance et l’indifférence qu’ont certain.e.s par rapport à la souffrance des animaux, dirigées contre nous à cause de notre orientation sexuelle.»