«Je ne mettrais pas ma main au feu par rapport aux jeunes qui arrivent, mais dans le top 100 de l’ATP (Association des joueurs de tennis professionnels), il n’y a pas de gays. Sinon, on le saurait, c’est un circuit fermé. Vous voyez, chez nous, il y a une ambiance normale», a déclaré le joueur de tennis, 49è mondial, à un média ukrainien, selon l’Equipe. «Quasiment la moitié des joueuses de la WTA sont des lesbiennes. Il est certain que je n’enverrais pas ma fille jouer au tennis», a-t-il ajouté.

Suite à ses propos l’ATP et la Women’s Tennis Association (WTA) ont vivement réagi et envisageraient même à le sanctionner. Affaire à suivre.

A lire sur L’Equipe.Fr