Cela fait quatre ans que Sarah de Vicomte écrit pour le site lesbien Barbi(e)turix des articles et des chroniques dans lesquels elle parle (entre autres) de sexe et de sentiments. Elle a eu envie de passer derrière la caméra et a réalisé cette année son premier court-métrage, République / Filles du Calvaire, qui constitue un des volets d’une série de films «intimes qui racontent des histoires d’amour»: «J’ai envie de montrer que le sexe, ça émeut autant que ça excite, résume la réalisatrice. Ça peut faire pleurer quand on se masturbe en pensant à une personne aimée, ça peut faire pleurer quand on baise juste après une rupture; j’ai envie de montrer que nos fluides sexuels ne sont que la continuité de l’expression de nos sentiments. J’ai envie de montrer que le cul, c’est une belle forme d’amour.»

Son objectif est aussi de montrer le sexe entre filles loin des clichés du porno mainstream, très souvent construits par et pour le regard masculin et hétérocentré. Pour réaliser la suite de son projet Sarah de Vicomte a lancé un appel à dons, qui lui permettra de financer le tournage et la production des différentes parties. République / Filles du Calvaire, déjà disponible en ligne dans son intégralité pour les contributeurs/trices, est d’ors et déjà une très belle réussite. Comme une ode au souvenir amoureux, le film, grâce à un réalisme assumé et maitrisé, fait autant la part belle à l’érotisme qu’à la complicité passionnée entre ses deux actrices, les performeuses Misungui et Ludmillya Evanochka.

Voir la page Indiegogo de l’appel à contributions et le teaser de République/Filles du Calvaire [NSFW]:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur République / Filles du calvaire