Joan Charras SanchoLors de mon article de mai, je soulignais combien la décision de l’EPUdF de laisser la possibilité, aux paroisses qui le souhaitaient, de bénir les couples mariés de même sexe, avait marqué le début d’une ère nouvelle pour les protestant.e.s LGBTI membres de cette Église.

Courant du mois de juin, l’Église Protestante Unie de Belgique a elle aussi décidé de faire un pas de plus vers une attitude de non-discriminations en recommandant «de ne pas faire de l’homosexualité un obstacle pour l’accès au ministère pastoral».

Dans les deux cas, nous pouvons parler de petit printemps, car de fait, les croyant.e.s LGBTI sortent d’un long hiver glacial, au cours duquel il leur revenait de chercher la chaleur que leur Église peinait à partager avec eux/elles. Le temps de l’été n’est pas encore venu, et dans les deux cas cités, ces Églises protestantes laissent la possibilité aux paroisses, aux conseils de paroisse et à toute personne ayant un peu d’autorité, de bloquer le dossier ou de tout simplement refuser de prendre en compte la demande des croyant.e.s LGBTI.

Bien des paroisses de l’EPUdF ont actuellement fait le choix de mettre un bandeau sur leur site web indiquant qu’elles ne souhaitaient pas bénir des couples de même sexe et il est probable que bien des paroisses de l’EPUB refusent d’avoir un pasteur homo. Il reste encore à l’UEPAL, l’Église dont je suis membre, d’oser reprendre le dossier de la bénédiction des couples mariés de même sexe après avoir, fin juin 2014, botté en touche en décidant de «surseoir».

J’ai envie de dire à tous ces clercs et autres docteurs de la Loi: «Let the sunshine in!» Notre diversité, au sein de la grande famille arc-en-ciel, reflète bien mieux la Création que toutes ces barrières discriminatoires.

Joan Charras Sancho

Joan Charras Sancho est une théologienne protestante, membre de l’Union des églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (Uepal). Mère de trois enfants et femme de pasteur, elle travaille pour une association caritative. Engagée depuis cinq ans dans le Carrefour de Chrétiens Inclusifs, elle anime des temps de prière inclusifs en Alsace.