Alejandro Garcia Padilla, le gouverneur du Commmonwealth de Porto Rico, n’a pas perdu de temps. Dès l’annonce de la décision de la Cour suprême des États-Unis, il a signé le texte qui ouvre le mariage à tous les couples de l’île. En effet, le 26 juin dernier, la Cour suprême américaine a autorisé le mariage des couples de personnes de même sexe dans tous les États après plusieurs années de batailles. Alors que les mariages de couples homosexuels célébrés à l’étranger étaient déjà reconnus à Porto Rico, l’île ne permettait pas aux couples de se marier sur le territoire.

«Il est temps de transformer Porto Rico en une société plus juste et équitable», a déclaré Jose Rodriguez de l’association Heterosexuals in Favor of Equality. L’île de Porto Rico est un territoire non incorporé des États-Unis. Celle-ci est donc rattachée et très influencée par les décisions du pays. Depuis le Federal Relations Act de 1950, toutes les lois fédérales américaines qui ne sont pas «localement inapplicables» entrent automatiquement en vigueur sur le territoire. Les décisions de la Cour suprême s’appliquent également à Porto Rico.

Cesar Miranda, le procureur général de Porto Rico, a qualifié la décision de la Cour suprême des États-Unis de «grand pas dans la quête de l’égalité des droits» dans un communiqué de presse. «On ne peut pas priver les gens du droit d’aimer», a-t-il ajouté. Les premiers mariages seront célébrés en juillet.

Porto Rico n’est pas le premier territoire des États-Unis qui autorise le mariage aux couples homosexuels, puisque Guam s’est engagé sur cette voie en avril dernier.