L’Éducation nationale a rendu publis hier, jeudi 25 juin, les programmes d’enseignement moral et civique qui seront effectifs à compter de la prochaine rentrée. À cette occasion, l’association SOS homophobie a salué via un communiqué de presse «l’intégration de la lutte contre l’homophobie dans les programmes scolaires de l’école élémentaire et du collège». En effet, parmi les différents axes qui construisent les programmes de ces cycles, la lutte contre l’homophobie apparait au même titre que celles contre le racisme, l’antisémitisme, le sexisme ou la xénophobie.

«L’intégration de l’homophobie dans les programmes scolaires constitue une avancée historique qui permettra de lutter, dès le plus jeune âge, contre les stéréotypes et les préjugés qui conduisent à l’homophobie, d’aider chaque jeune à trouver sa place à l’École et dans notre société, quelle que soit son orientation sexuelle, affirme l’association. Dans un contexte particulièrement difficile, elle donne aux enseignant.e.s la légitimité nécessaire pour aborder la question de la lutte contre l’homophobie à l’École. Cette mesure constitue une décision exemplaire qui participe à la construction d’une société de tolérance, de respect et de diversité.»

Respect et acceptation des différences, lutte contre les préjugés et apprentissage des différentes formes de discriminations, le programme de l’an prochain comptera donc plusieurs points pour aborder cette thématique. De la même manière, le nouveau programme d’enseignement moral et civique de primaire et de collège entend défendre l’égalité entre les filles et les garçons, mais aussi lutter contre les stéréotypes de genres que les enfants peuvent rencontrer. SOS homophobie fait néanmoins savoir qu’elle regrette que la transphobie n’ait pas été ajoutée: «Notre association sera donc particulièrement attentive à l’inclusion de toutes les dimensions des LGBT-phobies dans ce nouvel enseignement, aux ressources pédagogiques et aux formations qui seront proposées aux enseignant.e.s.»