[mise à jour, 18h31] Ajout des réactions.

C’est une décision qui vient mettre fin à plusieurs années d’une bataille judiciaire acharnée dans les tribunaux américains dont les prémices remontent à 1993. Deux ans jour pour jour après s’être prononcée favorablement sur la reconnaissance des couples homosexuels au niveau fédéral dans une décision United States v. Windsor qualifiée à l’époque d’historique (et 12 ans jour pour jour après la dépénalisation des  relations sexuelles entre personnes de même sexe au Texas et par ricochet dans 13 autres États avec la décision Lawrence v. Texas), la Cour suprême américaine vient d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe sur tout le territoire américain ce vendredi 26 juin. Une victoire historique pour les partisan.ne.s de l’égalité rassemblé.e.s en masse devant l’édifice de la plus haute juridiction américaine alors que New York et San Francisco célèbrent leurs fiertés ce même week-end.

Obergefell vs Hodges by CNBCDigital

Par 5 voix contre 4, les juges suprêmes ont ainsi affirmé – dans la décision Obergefell v. Hodges – que le droit au mariage des couples de personnes de même sexe était un droit fondamental garanti par le 14e amendement de la Constitution et que réserver ce droit aux couples hétérosexuels revenait à violer l’égale protection dont jouissent les couples devant la loi. Or, jusqu’à cette décision, seuls 37 États – avec quelques incertitudes concernant la situation dans le Kansas et le Missouri – reconnaissaient ce droit, désormais reconnu dans les 50 États.

«LA CONSTITUTION LEUR DONNE CE DROIT»
Présent dans la salle, le principal plaignant, Jim Obergefell (lire son rapide portrait sur BuzzFeed) avait porté plainte contre l’État de l’Ohio qui refusait de le reconnaître comme étant veuf. Alors que le mariage des couples de même sexe n’était pas reconnu dans leur État, Jim Obergefell et John Arthur s’étaient mariés dans le Maryland, peu de temps avant le décès de ce dernier en 2013. «Aucune autre union n’est plus forte que le mariage, parce qu’elle implique les plus hautes idées de l’amour, de la fidélité, de la dévotion, du sacrifice et de la famille, affirme ainsi la Cour. En se mariant, deux personnes deviennent plus que ce qu’elles n’étaient seules. Comme certains plaignants l’ont démontré dans cette affaire, le mariage implique un amour qui survit même au-delà de la mort». Et de conclure:

«Ce serait se méprendre que d’affirmer que ces femmes et ces hommes ne respectent pas l’idée du mariage. Leur défense montre qu’ils/elles respectent cette idée, et ils/elles la respectent si profondément qu’ils ont cherché à accomplir cette idée pour eux-mêmes. Leur espoir n’est pas d’être condamné.e.s à vivre dans la solitude, exclu.e.s par l’une des plus vieilles institutions de notre civilisation. Ils/elles ont demandé l’égale dignité en vertu de la loi. La Constitution leur donne ce droit.»

Interrogé en début de semaine par Yagg, Evan Wolfson, avocat et militant historique de l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens, assurait que «les États-Unis [étaient] prêts pour l’ouverture du mariage aux couples homos». «Si nous obtenons la décision de la Cour suprême pour laquelle nous avons travaillé depuis des années, les couples de personnes de même sexe pourront s’engager à vie pas seulement en amour mais aussi devant la loi dans tout le pays – et dans les 13 États qui excluent encore les homos du droit au mariage, envisageait le président de l’organisation Freedom to Marry qu’il a fondée en 2001. Et ils partageront dans la joie les protections, la sécurité, les responsabilités et le respect que le mariage implique. Cela renforcera la compréhension et l’acceptation des personnes homosexuelles par la société et amplifiera l’élan dans la lutte qui est menée pour mettre fin aux autres facettes des discriminations et de l’exclusion. Ce sera aussi une incroyable victoire pour le pays tout entier car nous serons à la hauteur de nos idéaux, ce qui favorisera d’éventuels progrès pour les droits humains dans d’autres parties du globe.»

«NOUVELLE ÉTAPE VERS L’ÉGALITÉ»
Une fois la décision rendue par le juge parfois libéral parfois conservateur, Anthony Kennedy, les réactions ne se sont évidemment pas fait attendre pour célébrer «cette nouvelle étape vers l’égalité». Notamment dans le camp démocrates et à la Maison Blanche qui a revêtu les couleurs de l’arc en ciel sur Twitter.

«Aujourd’hui, l’amour a gagné. Célébrons la décision de la Cour suprême!»

Pour le président américain Barack Obama, qui s’était prononcé pour l’ouverture du mariage lors de l’élection présidentielle de 2012, «les Américain.e.s doivent être très fièr.e.s» de cette décision. Sur son compte Twitter, avec le mot-dièse #LoveWins, Barack Obama s’est immédiatement félicité de la nouvelle :

«Aujourd’hui, c’est une nouvelle grande étape vers l’égalité. Les couples gays et lesbiens ont désormais le droit de se marier, comme les autres.»

Même ton enjoué du côté d’Hillary Clinton, engagée dans les primaires démocrates à la présidentielle de 2016, et dont la campagne fait la part belle à l’égalité des droits.

«Je suis fière de célébrer cette victoire historique pour l’égalité dans le mariage – mais aussi le courage et la détermination des LGBT Américain.ne.s qui l’ont rendue possible.»

En revanche, du côté des Républicains opposés à l’ouverture du mariage, la nouvelle est amère. Sur son site de campagne, Jeb Bush, le petit-frère de George W. Bush, fait la promotion des libertés religieuses. « Guidé par ma foi, je crois dans le mariage traditionnel. Je pense que la Cour suprême aurait dû laisser les États libres de décider. (…) C’est désormais crucial qu’en tant que pays nous protégions la liberté religieuse, le liberté de conscience et le droit de ne pas discriminer.»

Tim Cook, le patron d’Apple, ouvertement homo depuis qu’il a fait son coming-out à l’automne dernier, s’est lui réjoui à sa manière, citant Steve Jobs: «Les gens qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde sont ceux qui changent le monde».

Reste aux 13 États récalcitrants à modifier leur législation pour que le mariage entre deux personnes du même sexe devienne au bout de 22 ans de combat pour l’égalité des droits, une réalité. Ce qui est à cette heure déjà le cas dans le Texas, l’Arkansas, l’Ohio et le Kentucky.