Jeudi 18 juin, alors qu’il avait de nouveau l’occasion d’appliquer les mesures politiques dont il parle depuis des années, le Parti social démocrate autrichien (SPÖ) s’est une nouvelle fois retrouvé contre les LGBT. Les sociaux-démocrates ont en effet rompu leurs promesses en rejetant une proposition de loi des Verts sur le mariage pour tous présentée devant le Conseil national, la chambre basse du Parlement autrichien. Le texte a été rejeté par 110 voix contre 26.

En cause, la coalition entre le parti social démocrate du chancelier Werner Fayman et les conservateurs du Parti populaire autrichien (ÖVP). Reconduit en 2013, l’accord entre les deux partis n’inclut aucun progrès en faveur de la communauté LGBT. Le SPÖ a donc dû s’en tenir aux termes indiqués dans son arrangement avec l’ÖVP, pour ne pas prendre le risque de mettre l’accord en péril

De ce fait, le parti a tenté de se «racheter» en faisant tomber la faute de ce résultat sur le dos de son allié. «Le Parti social-démocrate est “pour” une égalité des personnes homosexuelles dans le mariage, a expliqué Andreas Schieder, membres du SPÖ. La critique devrait plutôt s’adresser à celui qui bloque. Il serait temps que le Parti populaire évolue sur l’ouverture du mariage aux couples homosexuels.»

Deux jours avant le vote, le 16 juin, Andrea Brunner – secrétaire fédérale du SPÖ –, Peter Traschkowitsch – président de l’association des socialistes LGBT – et Nicole Berger-Krotsch – secrétaire provinciale de Vienne – avaient déclaré dans un communiqué de presse: «Nous avons besoin d’une meilleure protection contre la discrimination, d’un “nivellement par le haut”, et de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels.»

UNE TRAHISON INATTENDUE
Cela fait plusieurs années que le SPÖ se dit engagé dans la lutte pour l’égalité des droits pour les personnes LGBT et l’ouverture du mariage aux personnes du même sexe. La question de l’ouverture du mariage figurait déjà dans le programme d’Alfred Gusenbauer, chancelier fédéral SPÖ entre 2007 et 2008. Sans résultat.

«L’Autriche est le seul pays au monde qui donne aux couples de même sexe le droit de fonder une famille, mais où  le mariage est toujours interdit, s’est étonnée Daniela Musiol, députée des Verts et auteure de la proposition de loi, lors du vote du 18 juin. La législation autrichienne autorise la PMA pour les couples de femmes mais également l’adoption pour les couples homosexuels.

Alors que, comme le rappelle l’exposé des motifs de la proposition de loi, selon une étude de mai 2014, 73% des Autrichien.ne.s sont favorable au mariage pour tou.te.s, le Conseil national est encore loin d’être de cet avis.