photo-christophe-martet2-1Nous faisons Yagg parce qu’en tant que journalistes, nous aimons informer, faire réfléchir, donner la parole, divertir.

Nous faisons Yagg parce qu’en tant que journalistes engagé.e.s, nous pensons que les mots peuvent faire bouger les choses. Nous rejetons l’extrême droite (nous ne sommes pas dupes et nous avons de la mémoire) mais nous critiquons aussi ces politiques frileux/ses (à gauche comme à droite) qui caricaturent nos vies pour nous refuser des droits, nous dénonçons les religieux quand ils se mêlent de la vie privée et des droits citoyens des individus, nous combattons les LGBT-phobies sans oublier les autres formes de rejet de l’autre: l’antisémitisme, le racisme, la misogynie.

Nous faisons Yagg parce qu’en tant que lesbiennes, bi.e.s, gays (la rédaction ne compte pas – encore – de personnes trans’), nous sommes bien placé.e.s pour savoir ce qu’il reste à accomplir en terme d’égalité des droits.

Yagg c’est bien sûr une entreprise, qui existe depuis près de sept ans, et dont il faut assurer la pérennité dans un contexte économique difficile pour la presse, encore plus si cette presse est indépendante. Chaque mois, il faut payer les salaires (aucun ne dépasse 1,5 fois le SMIC), les frais de fonctionnement, le loyer. Nous y sommes arrivé.e.s tant bien que mal depuis sept ans et même si la situation actuelle est la plus difficile que nous ayons eu à connaitre, nous mettons tout en œuvre pour sauver le site. Yagg existe aussi grâce à l’opiniâtreté et à la combativité de Fatima, notre chef de pub, qui se bat pour convaincre les annonceurs. Sans oublier le professionnalisme de notre jeune apprenti Jordan, qui, chaque jour, améliore les outils techniques.

Mais Yagg, c’est bien plus qu’une entreprise de presse. C’est un état d’esprit. Oui, nous voulons dénoncer les discriminations qui touchent les LGBT ici et dans le monde. Mais sans nous poser en victimes. Cet état d’esprit, on le retrouve dans les chroniques sport à nulle autre pareilles de Bénédicte, les choix musicaux et littéraires pointus de Maëlle, les superbes portraits (texte et image) que Xavier réalise sur des personnalités de la communauté LGBT. Cet état d’esprit, ce sont les opinions et débats personnelles et éminemment politiques (justement parce que très personnelles) de Judith qui, notamment lors de la séquence mariage pour tous en 2012-2013, ont permis de surmonter ces attaques incessantes et cette homophobie décomplexée qui se manifestaient jour après jour (non sans l’aide complaisante d’une partie de la presse).

C’est cet état d’esprit ouvert et audacieux qu’avait su aussi insuffler Yannick Barbe (actuel directeur de la rédaction de Têtu) en lançant les avant-premières cinéma «Le Jeudi c’est gay-friendly!». Ou encore Maxime Donzel et ses hilarants Guides de survie. Une liberté de ton, une curiosité insatiable, une passion pour la culture LGBT si riche, une exigence pour raconter les combats des LGBT.

Yagg c’est évidemment vous toutes et tous qui animez un blog ou réagissez sur la Communauté. Ces dizaines et dizaines de textes, de photos, de commentaires publiés chaque jour et qui donnent à voir une communauté dynamique, ouverte, bien loin des sempiternelles critiques sur le communautarisme.

Cet état d’esprit Yagg, il se nourrit entre autres de la conviction que nous n’obtiendrons rien que nous ne soyons allé.e.s chercher nous-mêmes.

Nous savons également qu’un média LGBT, ce n’est pas juste un média de plus. Adolescent, j’ai pu me construire grâce à la lecture de Gai Pied. Plus tard, c’est Têtu qui a permis à de nombreuses lesbiennes et de nombreux gays de s’émanciper et qui a contribué à la plus grande visibilité des LGBT. Aujourd’hui, internet et les réseaux sociaux jouent un rôle majeur et pas que pour les plus jeunes.

À Yagg, nous mesurons l’immense responsabilité qui est la nôtre d’offrir un média qui reflète les attentes et les besoins d’une communauté qui n’a jamais été aussi diverse, complexe, multiple. Mais vos nombreux témoignages, depuis sept ans, nous disent que Yagg permet à des gays, des lesbiennes, des bi.e.s et des trans’ de vivre mieux. Tout simplement.

Voila pourquoi nous faisons Yagg. Et que nous allons tout faire pour continuer, avec vous.


Pour vous abonner, rendez-vous sur notre page abonnements.

Lire aussi:
Yagg en difficulté financière
6 ans de Yagg en vidéos
Shirley Souagnon soutient Yagg!