En 2011, Marvel donnait des consignes à Sony Pictures, à qui l’on doit les plus récentes aventures de l’homme-araignée au cinéma, sur ce que le super-héros peut ou ne peut pas être ou faire. Ces consignes auraient dû rester secrètes, mais le piratage du réseau informatique de Sony Pictures en novembre dernier a permis de les révéler.

Au cinéma, Peter Parker doit donc être un homme blanc et hétéro, qui ne fume pas, ne deale pas, n’a pas de relations sexuelles avant 16 ans et ne jure pas. Un garçon bien propre sur lui, donc.

Si Peter Parker vient à laisser la place à un autre Spider-Man, celui-ci doit toujours être un homme, il ne peut pas être homo sauf si le personnage l’est déjà dans les comics Marvel, il ne torture pas et ne tue que pour se défendre ou défendre les autres.

Comme le souligne le blog Big Browser du Monde, ces mails datent de septembre 2011, un mois environ après que Miles Morales, un jeune hispano-américain, est devenu Spider-Man dans un univers parallèle des comics Marvel. Depuis, Marvel a récupéré les droits cinématographiques des films, et pourra faire apparaitre le personnage dans ses franchises Avengers ou Captain America, par exemple.

À lire sur Big Browser [fr] et Gawker [en].