Il s’agit d’une première en France pour une personne trans’ victime de discrimination à l’embauche. En vertu de la loi contre le harcèlement sexuel adopté par le Parlement à l’été 2012, qui a introduit l’«identité sexuelle» comme motif de discrimination à l’embauche, dans le Code pénal, le conseil des Prud’hommes de Tours a le 4 juin dernier condamné les Compagnons du devoir à verser 1500 euros de dommages et intérêts à Elena, une femme trans’ qui avait vue sa candidature retenue, puis recalée, sans explications, rapporte France Info ce jeudi matin.

À lire sur France Info.