Géraldine et Hélène sont ensemble depuis 10 ans. Elles ont deux enfants, Elioth, né en 2007, et Yaëlle, née en 2010. Pascsées, elles se sont mariées en mai 2014. Depuis leur mariage, elles essaient d’obtenir du tribunal de grande instance (TGI) de Nancy qu’il prononce l’adoption des enfants par Hélène, leur mère sociale. Pour les impôts, Hélène est chef de famille, mais comme elle dit elle-même à L’Est républicain, elle est «chef de famille de rien».

Car comme le raconte le quotidien, la famille n’a jamais obtenu de date d’audience. Hélène a donc sollicité le président du TGI Roland Esch. «Tous les dossiers relatifs à une adoption dans le cadre de la nouvelle législation dite mariage pour tous sont en attente à ma demande, a répondu le magistrat, cité par L’Est républicain. En effet, le premier dossier traité et envoyé à l’officier d’état civil compétent pour transcription a été rejeté au motif d’un visa erroné des articles du code civil. Nous avons dû réécrire une trame et nous attendons l’accord de l’état civil (…) Je vous remercie de patienter encore un peu.»

Traduction: le TGI ne sait pas comment rédiger le jugement d’adoption. L’avocate du couple, Me Nicolette Tonti-Bernard, a précisé à L’Est républicain que tous les dossiers qu’elle représente sont dans le même cas, y compris celui de la famille dont le jugement d’adoption prononcé le 8 avril 2014 a été rejeté par l’état civil. Qui attend donc depuis plus d’un an que le TGI rectifie l’erreur.