Act Up-Paris se trouve en redressement judiciaire depuis le 19 juin 2014. Jeudi 4 juin dernier, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris devait se prononcer sur le plan de continuation de l’activité – «c’est-à-dire sortie de la période d’observation, celle au cours de laquelle les dettes sont gelées et où nous ne pouvons pas en contracter de nouvelles, et remboursement de nos dettes», précise l’association.

N’ayant pas tous les éléments pour prendre sa décision, le tribunal a accordé trois mois supplémentaires à l’association. Selon un membre d’Act Up-Paris, l’association conteste certaines dettes. Et tant que l’ampleur des dettes n’a pas été déterminée, le tribunal ne peut prendre sa décision. À l’issue des trois mois supplémentaires, le TGI pourra soit approuver le plan de continuation de l’activité, soit prononcer la liquidation judiciaire. Dans le second cas, l’association cessera purement et simplement d’exister.

La prochaine audience aura lieu le 17 septembre.

L’association avait été placée en redressement judiciaire suite à une baisse des subventions publiques et privées, comme elle l’expliquait sur son site à l’époque: Act Up-Paris en redressement judiciaire: pourquoi? comment?. Une campagne de soutien et de récolte de fonds avait été lancée. Act Up-Paris avait en outre quitté son local historique de la rue Sedaine, dans le XIe arrondissement parisien pour des locaux plus modestes dans le XIXe.