Creamfields (Angleterre), PITCH (Pays-Bas), Urban at Forms (Autriche), Sonar (Espagne), Garorock (France) etc. Après des propos homophobes tenus sur sa page Facebook le 3 juin qui assimilent homosexualité et pédophilie, l’artiste Ten Walls n’est plus le bienvenu dans les festivals de musiques électroniques pour lesquels il était invité dans les semaines à venir. Comme le rapporte Tsugi, de nombreux événements ont annulé la venue du DJ lituanien en réaction à ses déclarations dont les excuses n’ont pas eu l’effet escompté.

COUP DE GUEULE DE FORT ROMEAU
L’artiste house Fort Romeau qui devait faire la première partie de Ten Walls à Londres en novembre a poussé un sacré coup de gueule, avant d’annoncer qu’il annulait son show. «Il est facile de romancer la culture de la musique électronique et de l’imaginer comme un bastion de libéralisme social et d’idéologie progressiste mais la réalité est qu’elle n’est que le reflet d’un contexte social plus large où l’homophobie et (particulièrement) le sexisme sont normalisés et même pire, sont érigés en tant que loi», observe l’ancien clavier de La Roux sur Facebook en citant The Economist qui source le dernier rapport de l’ILGA Europe.

Sur sa page Facebook, le festival parisien des cultures queer, Loud & Proud – dont Yagg est partenaire – n’a pas manqué de réagir à la polémique qui agite le monde de l’électro. «Va te faire voir Ten Walls! Nous n’aimons pas ta musique de merde de toute façon», écrit l’équipe en anglais ce lundi 8 juin.

FUCK YOU Ten Walls ! we did not like your shitty music anyway

Posted by Loud & Proud festival on lundi 8 juin 2015

 

Le réalisateur lituanien ouvertement gay Romas Zabarauskas s’est de son côté dit réellement choqué, malgré les excuses du DJ. «En Lituanie, l’ouverture du mariage et du contrat d’union civil sont désormais sur la table, alors nous avons besoin de soutien», précise-t-il à Gay Star News. Reste que les propos homophobes de Ten Walls risquent fort de lui coûter cher.