L’association suisse Les Klamydia’s, qui promeut la santé sexuelle des femmes lesbiennes et bisexuelles, vient de publier un document à l’attention des gynécologues pour une meilleure prise en charge et un meilleur accueil. À travers ce mémo élaboré avec des gynécologues, une sage-femme et un collaborateur du checkpoint spécialisé dans les questions trans’, l’association rappelle les «besoins spécifiques» de ces patientes.

Le mémo prodigue différents conseils pour permettre aux gynécologues de mettre leurs patientes dans de bonnes dispositions pour évoquer ouvertement leur vie sexuelle ou leur.s partenaire.s, sans jugement, et indique que les professionnel.le.s peuvent aussi orienter leurs patientes vers des associations LGBT pour obtenir soutien et accompagnement. Le document rappelle que les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes ne sont pas stériles et peuvent avoir un désir d’enfant et recourir à une PMA, ou bien avoir un projet de coparentalité. Enfin, il est aussi important de parler des IST et de moyens de réduction des risques, puisqu’il existe bien un risque de transmission lors de relations sexuelles entre femmes. Le mémo souligne en outre que les personnes trans’ ont aussi besoin d’être suivies par un médecin, et qu’il est primordial de respecter l’intégrité et la dignité du/de la patiente, qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme trans’. Destiné aux professionnel.le.s de santé, mais aussi aux femmes qui souhaitent avoir des informations sur leur sexualité, le mémo est disponible sur le site des Klamydia’s.

À l’automne 2014, Yagg avait recueilli plusieurs témoignages de femmes ayant eu des expériences désagréables avec leur gynécologue en raison de leur orientation sexuelle. Jugements moralisateurs, ignorance totale des risques et des spécificités, déni d’une sexualité qui n’est pas fondée sur une relation hétérosexuelle, le milieu de la gynécologie et de la médecine en général manque cruellement d’informations sur la sexualité des femmes qui ont des relations sexuelles avec des femmes. Pour permettre à tou.t.e.s d’avoir accès à un.e professionnel.le de santé respectueux/se, une liste blanche participative a d’ailleurs été créée pour recenser leurs noms, Gynandco.

Voir le mémo des Klamydia’s.

Voir ou revoir la campagne de prévention Comment ça va les filles? réalisée par Yagg et l’Inpes, ainsi que le point sur les IST et les outils de prévention avec Coraline Delebarre sur le blog de la campagne Tu sais Quoi?