«Son rêve pour la fête des mères: voir grandir son bébé». Ce slogan choc, vous l’avez peut-être croisé les 30 et 31 mai – week-end de la fête des mères – dans le métro parisien. Apposé sur une affiche représentant une vache laitière de l’association de défense des animaux L214 Ethique et animaux – qui milite pour le bien-être animal et le végétarisme –, il dénonce notamment «la séparation des vaches et de leurs veaux, une réalité déchirante mais indissociable de la production laitière».

LA CAMPAGNE DÉTOURNÉE CONTRE LA GPA
Une campagne à peine lancée donc, mais déjà détournée. «Son rêve pour la fête des Mères c’est de voir grandir son bébé. Mais avec la GPA [gestation pour autrui, ndlr] cela n’arrivera pas», écrit ce lundi 1er juin sur Twitter la «Manif pour tous», avec le mot-dièse #NoGPA. «Mais cela n’arrivera pas. La GPA est un contrat en vue de la conception et de l’abandon d’un enfant. Certains pays ont créé de véritables filières qui asservissent les femmes en leur imposant des obligations inhumaines. C’est un esclavage moderne», poursuivent les anti-égalité des droits en croisade contre cette technique de procréation assistée, à ce jour, toujours interdite en France et qui n’a pas la faveur du gouvernement.

https://twitter.com/LaManifPourTous/status/605315762996318208

Interpelée par ce détournement qui frôle le plagiat, l’association L214 Ethique et Animaux a taclé les anti-égalité des droits sur Twitter en soulevant «une comparaison plus que douteuse».

Elle a par la suite reçu le soutien de nombreux utilisateurs/trices de Twitter qui dénoncent également le plagiat et ironisent sur le manque d’imagination des opposant.e.s à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homos.

Mais la «Manif pour tous» a vraisemblablement le goût de la récidive. En mai 2013, comme le rapportaient l’Humanité et Libération à l’époque, les anti-mariage pour tous avaient mots pour mots copié une affiche du Front de gauche, qui annonçait un rassemblement en faveur d’une VIe République, pour annoncer de leurs côtés une manifestation contre l’ouverture du mariage aux gays et aux lesbiennes. «Apres l’homophobie, voici donc le plagiat. Quel triste exemple pour la jeunesse de notre pays que ce mouvement prétendait pourtant défendre», s’était alors indigné le Parti communiste français (PCF) dans un communiqué.