Ciné | 13.05.2015 - 16 h 48 | 40 COMMENTAIRES
  • boys don't cry
  • facing mirrors
  • Fereshteh Taerpoor
  • intersexe
  • Negar Azarbayjani
  • Outplay
  • Thibault Fougères
  • Transkind
  • Une femme iranienne

«Une Femme iranienne»: La distribution française du film accusée de transphobie

Publié par
Un titre contesté, des sous-titres approximatifs, la sortie d'«Une Femme iranienne» ne se fait pas sans heurts.
facingmirrors_shayesteh_irani_and_ghazal_shakeri_02

Une Femme Iranienne - Photo : The Film Collaborative

Sorti aujourd'hui, le film Une Femme iranienne est au cœur d'une polémique depuis quelques semaines. En cause le choix du titre, mais aussi une traduction problématique de certains éléments de l'histoire liés au personnage d'Eddie, un garçon trans' FtM. Explications.

UN TITRE QUI DIVISE
L'élément déclencheur de la controverse est sans nul doute le titre du film modifié par Outplay. Selon une tribune publiée dans le numéro de mars 2015 du magazine Transkind, il est loin d'être anodin «de passer du titre Facing Mirrors qui est une bonne traduction du titre original (ndlr, Aynehaye Rooberoo), à Une Femme iranienne qui invisibilise totalement le personnage trans' masculin»: «Alors bien sûr, cette “femme” du titre est Rana (enfin j’espère), mais focaliser sur elle avec ce titre revient à effacer Eddie de l’histoire, à signifier par le vide qu’il est quantité négligeable. Et ce n’est pas ce que raconte ce film, ce n’est pas la vie de Rana qui est le sujet central, mais bien cette rencontre et cette amitié, ce voyage à deux qui se reflète dans le titre original.»

Thibault Fougères, directeur de la société Outplay qui distribue le film n'est pas de cet avis: «C'était un non-sens de sortir un film iranien avec un titre anglais, affirme-t-il à Yagg, et la traduction en français de Facing Mirrors n'était pas satisfaisante. Nous avons donc opté pour Une Femme iranienne, qui permettait de montrer le côté iranien du film, avec le mot “femme” qui renvoie autant à l'histoire de Rana que d'Adineh.»

Thibault Fougères l'assume, il a cherché un titre «plus parlant» pour attirer le plus largement possible. Autrement dit, ne pas en rester à une distribution communautaire et faire venir le grand public: «Je ne voulais pas connoter le film trop transsexuel», justifie-t-il. Les critiques sur ce choix, il les a entendues, mais les réfute, de même que les accusations de transphobie: «Le film date de 2011. Ça veut dire que depuis 2011, personne n'a voulu distribuer ce film en France. C'est un pari que fait Outplay, qu'on ne me reproche pas d'invisibiliser les trans'! Ce n'est pas choisir la facilité que de défendre un film comme celui-là. Je peux comprendre les critiques sur le titre, mais ça ne tient pas debout.» La réalisatrice Negar Azarbayjani et la productrice Fereshteh Taerpoor (lire notre interview) ne s'offusquent pas de ce changement de titre, même s'il a suscité quelques interrogations:

«C'est aussi arrivé en Allemagne que le nom original soit changé. Nous avons découvert cela en arrivant et en voyant l'affiche car nous ne savions pas ce que ça voulait dire. Nous avons demandé au distributeur pourquoi le titre était “Une femme”, alors qu'il y a deux personnages. Il nous a dit qu'il avait ses raisons pour ça, que c'était mieux pour le public.»

À ce jour, Une Femme iranienne représente la plus grosse sortie d'Outplay: «Nous avons une quarantaine de copies au premier jour de la sortie, ce qui n'est jamais arrivé, même avec Week-end d'Andrew Haigh en 2012, qui avait remporté un beau succès, mais qui avait eu seulement sept copies à sa sortie.»

EDDIE, UN PERSONNAGE TRANS' OU INTERSEXE?
Mais d'autres problèmes viennent entacher la sortie du film. À plusieurs reprises dans les dialogues, le sous-titrage français présente le personnage d'Eddie comme trans', puis comme intersexe, comme s'il s'agissait d'un synonyme, entraînant ainsi une confusion autour du personnage, qui est par ailleurs genré alternativement au féminin et au masculin. Pour Thibault Fougères, il ne s'agit certainement pas d'une négligence du sous-titrage. Il affirme avoir requis l'aide de plusieurs personnes du festival de Douarnenez pour les sous-titres, un événement qui met en avant les minorités stigmatisées, et entre autres les personnes trans' et intersexes. À Nantes, lors de l'avant-première au Katorza, certain.e.s spectateurs/trices ont pourtant fait remarqué ces erreurs de traduction et la féminisation de certains dialogues. Mais toujours selon Thibault Fougères, d'autres ont estimé que la dénomination d'intersexe pouvait correspondre à Eddie autant que celle de trans'. Un débat houleux s'est poursuivi après la projection sur les réseaux sociaux.

Pour lever toute ambiguïté, Yagg s'est référé à la source, Negar Azarbayjani et Fereshteh Taerpoor qui ont co-écrit le scénario et imaginé ce personnage. «On a appris lors de la projection à Nantes qu'il y avait effectivement des problèmes de traduction», ont confirmé à Yagg la productrice et la réalisatrice, qui semblent assez étonnées de cette confusion autour de l'identité de ce protagoniste. «Mais Eddie est un homme trans'», assurent-elles.

EN FINIR AVEC L'HYPOCRISIE
Dans la tribune publiée dans Transkind (disponible aussi sur le blog Blundr), la conclusion est amère, car le cas d'Une Femme iranienne est loin d'être isolé. En définitive, s'il est plus que regrettable que le cinéma LGBT gomme ses personnages d'hommes trans', il est facile d'y voir la reproduction des comportements d'une communauté LGBT qui n'accorde quasiment aucune visibilité aux hommes trans': «Il y a très peu de films avec un trans' masculin comme personnage principal, on peut les compter sur les doigts d’une main, mais on trouve toujours Boys Don’t Cry classé sur certains sites “LGBT” dans la catégorie lesbienne et ça ne choque que nous j’ai l’impression. Bien je pense qu’il est temps qu’on ne laisse plus rien passer, qu’on arrête d’être gentil, et qu’on s’arrête sur ces “détails” qui mis à la suite les uns des autres nous pourrissent la vie, il est temps d’exiger des gays, des lesbiennes et des bi.e.s cis qu’ils/elles prennent leurs responsabilités si ils/elles veulent continuer à arborer le sigle LGBT sans problème.»

La bande-annonce du film:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Une Femme Iranienne – Bande Annonce Officielle (VOST)

Notre critique du film.
Notre interview de la réalisatrice et de la productrice.

Print This Post
Photo du profil de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (40)
  • Par transsissyboy 13 Mai 2015 - 20 H 14
    Photo du profil de transsissyboy

    En même temps, Outplay aime distribuer des films sur les questions trans tout en invisibilisant la thématique trans.
    Avant « Une femme iranienne », il y a l’exemple de « Something Must Break », sorti en salle en décembre où le résumé sur allociné ne parle pas une seconde du fait que « Sébastian, un garçon à la beauté troublante et androgyne » est une jeune meuf trans queer en début de transition.
    C’est donc habituel !!!
    Pourquoi distribuer des films sur des personnes trans tout en faisant un tabou sur la thématique du film. Incompréhensible !! Mais bon…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par jeandaniel 14 Mai 2015 - 8 H 25
    Photo du profil de jeandaniel

    Thibault Fougères, directeur d’Outplay «Je ne voulais pas connoter le film trop transsexuel». Ne serait-ce pas une preuve de transphobie ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Arielle 14 Mai 2015 - 8 H 40
    Photo du profil de Arielle

    Comment Outplay, distributeur de films LGBT , peut-il traiter aussi mal un film trans FTM , et par là-même la communauté trans ?
    Outplay a voulu faire un coup en profitant du filon des films iraniens, au détriment du sujet transexuel du film qui a été gommé afin de plaire à un large public (affiche reprenant la signalétique des films iraniens à succès, choix d’un titre neutre, sous-titres dénaturant l’histoire et le personnage trans..). Ne remplissez pas les poches d’Outplay, ! Boycottez le film !

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Kater 14 Mai 2015 - 20 H 55
      Photo du profil de

      Plutôt que de boycotter le film, il suffit de contourner Outplay en regardant le film en ligne avec des sous-titres anglais (qui apparemment, sont bien meilleurs). Il est possible de le regarder gratuitement (et légalement) en ligne sur IMVBox par exemple https://www.imvbox.com/watch-iranian-movies/facing-mirrors-aynehaye-rooberoo (d’ailleurs sur ce site le résumé place les deux héroïnes sur un pied d’égalité et mentionne clairement le fait que l’une des deux soit trans).

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Killer 14 Mai 2015 - 22 H 22
    Photo du profil de Killer

    Bon il n’y a pas 2 héroïnes bon sang, il y’a UN trans et une femme…
    OUI allez voir les sous-titres en anglais parce qu’apparemment on est passé dans la scène du coming out de « I’m a transgender » à « Je suis intersexe »!!!!!!!!!!!!!!!!! C’est vraiment n’importe quoi. AH c’est sûr que maintenant ça fait moins transsexuel hein. Du coup le petit couplet sur le fait de respecter le titre en le laissant pas en anglais, alors que ça les gène pas du tout de changer carrément l’identité du personnage…

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Kater 16 Mai 2015 - 15 H 06
      Photo du profil de

      Ah merde désolé, my bad…… Cela dit pour le coup c’est pas un trans mais un homme trans la formule adéquate

      Signaler ce commentaire

       
  • Par helene 14 Mai 2015 - 22 H 30
    Photo du profil de helene

    « facing the mirror » en français ça fait « face au miroir » ou « devant le miroir » Où était le problème? Leur grand pretexe c’est « ils vont pas comprendre »…Ils trouvait que le mot trans c’est pas assez connu?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par ljm 15 Mai 2015 - 9 H 31
    Photo du profil de ljm

    Bonjour,
    Il semble que tous les gens qui ont posté ces critiques n’ont pas bien vu et compris le film.
    À la fin, il y a un carton :
    Selon des statistiques, un enfant sur 200 000 naît intersexe en Iran. Des scientifiques et parlementaires étudient la cause de ce phénomène. Il incombe aux militants culturels d’améliorer la relation entre ces gens, leur famille et la société. Le monde a été frappé par le fait que l’Iran soutienne ces individus d’un point de vue médical et logique, suivant la fatwa de l’imam Khomeini. Aujourd’hui, en plus de pouvoir changer de sexe, le gouvernement iranien accorde des prêts pour l’opération. « Une femme iranienne » ne prétend pas avoir trouvé de solution, mais tente d’avoir un regard humaniste sur cet aspect obscur de la société afin de défendre l’idée que « rejeter ces gens n’est pas la réponse ».
    Il est clair que le personnage est intersexe et non transexuel !
    Il n’est JAMAIS fait référence dans le sous-titre de transexualité mais d’intersexualité.
    Le sous-titre anglais évite la confusion des genres par sa conjugaison asexuée, mais utilise le terme « transexual » à tort selon moi. Le terme « transgender » est utilisé dans le carton final, au générique de fin, c’est ce qui a été choisi par l’auteur, alors que le sous-titre est un choix de traducteur.
    Vos critiques sont gratuites et peu constructives, hélas…

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 10 H 59
      Photo du profil de Damia

      Tu te moques de nous ou bien ? Ce film parle d’un mec trans, et pas d’un intersexe.

      http://www.thefilmcollaborative.org/films/facingmirrors

      http://www.sbs.com.au/movies/movie/facing-mirrors

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 15 Mai 2015 - 11 H 33
      Photo du profil de ljm

      Il s’agit juste de résumés de films en anglais…
      D’ailleurs il est écrit dans votre lien : « when she realizes that Edi is transgender ».
      Revoyez le film et relisez le carton de fin écrit par l’auteure : « 200 000 children in Iran is born transgender ». Je pense que cela est assez clair…

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 12 H 16
      Photo du profil de Damia

      Relisez-vous également. Et traduire « transgender » par « intersexe », je trouve ça pas terrible.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 15 Mai 2015 - 12 H 28
      Photo du profil de ljm

      Que proposez-vous de mieux ?
      Transgenre fâche une partie de la communauté intersexe, après consultation de personnes concernées et impliquées.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 12 H 36
      Photo du profil de Damia

      Tu ne comprends rien décidément…
      Les personnes intersexes ne se sont jamais identifié-e-s aux personnes transgenres, tout comme les personnes transgenres ne se sont jamais identifié-e-s aux personnes intersexes. Ce sont deux réalités différentes.
      Il peut exister des personnes intersexes qui se révèlent être trans par la suite, mais c’est très loin d’être systématique. Et si tel était le cas, cette personne serait trans ET intersexe.
      Mais trans et intersexe sont deux choses différentes, même si sur le terrain, leur combat se rejoignent, notamment sur la fin de l’arbitraire médical, et la fin de la vision binaire du genre et du sexe.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 15 Mai 2015 - 16 H 11
      Photo du profil de ljm

      J’ai bien conscience de la différenciation faite, merci d’avoir reprécisé les choses.
      La question est de savoir s’il s’agit d’une personne intersexe ou d’un FtM dans le film. Deux éléments prêtent à confusion : l’arrestation par la police (qu’y a-t-il d’écrit sur son permis de conduire pour que le flic réagisse ainsi ?) et le carton de fin (naît-on transgenre ou le devient-on ?). Si j’ai fait une mauvaise interprétation de ces deux éléments, alors effectivement le terme « intersexe » était malvenu et sera à modifier. Dans ce cas, je renouvelle ma question : quel est le terme le plus adapté ?
      Quant à l’emploi du masculin ou féminin, il me semble important de noter qu’il s’agit de cinéma et qu’il ne faut pas dévoiler l’intrigue avant que le déroulé de l’histoire ne le décide.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 16 H 49
      Photo du profil de Damia

      • Arrestation par la police :
      Une personne intersexe n’a aucune raison de se faire arrêter. Pour la simple et bonne raison que cela n’est pas marqué sur ses papiers. Tandis qu’une personne trans, tant que ses papiers ne sont pas changés, les risques de subir de la violence policière sont élevés.
      •Naît-on transgenre ou le devient-on ?
      Référence sans nul doute à Simone de Beauvoir qui disait : «On ne naît pas femme, on le devient.», sous la forme d’une question ouverte. Mais toute aussi ouverte soit cette question et ses réponses, cela n’invalide pas le fait d’être trans.
      Enfin, dans le pitch du film il est dit clairement qu’on aura affaire à un mec trans, et que par conséquent, on doit employer le genre masculin. Je ne vois pas à quel moment ça influe sur l’intrigue du film, dont le déroulé n’est qu’effleuré.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 9 H 25
      Photo du profil de ljm

      Merci Damia, presque seule ici à construire la discussion…
      Mon mea culpa général pour la mauvaise interprétation du personnage qui n’a rien à voir avec la transphobie citée dans les réactions. Nous nous engageons en tant que prestataires du sous-titrage à effectuer les modifications aussi vite que possible.
      Quant à la terminologie adéquate, Damia : « transexuel » ou « transgenre » ?

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 9 H 33
      Photo du profil de ljm

      Je propose :
      Tu sais ce qu’est un transexuel ?
      Après ça, ils ont découvert que j’étais bien transexuel et que je faisais pas semblant.
      Selon des statistiques, un enfant sur 200 000 naît transgenre en Iran.
      J’attends la validation sur ce forum et m’occupe d’intégrer cela.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 18 Mai 2015 - 11 H 51
      Photo du profil de Damia

      Transgenre, transsexuel… La définition admise c’est que la personne transsexuelle va faire une transition l’amenant à l’opération de reconstruction (ou réassignation) génitale. Tandis que la personne transgenre, pas forcément. Aussi, le mot « transgenre » a été crée pour englober façon parapluie les transsexuel-les, mais aussi toute personne ne correspondant pas au genre assigné à la naissance, sans se préoccuper de ce qui peut se passer entre leur jambes.
      On préférera généralement dire trans tout court de façon à inclure les personnes transsexuel-les et transgenres.
      Par contre, ce ne sont pas les autres qui te découvrent trans, mais toi et toi seul. Ça a un rapport à ton genre d’identification.
      Sinon, même si j’ai tendance à dire que l’on est trans toute sa vie, j’ai un peu du mal avec le fait de dire que des enfants naissent trans. Ce n’est pas quelque chose que l’on identifie à la naissance car cela n’est aucunement visible. La transidentité peut se manifester à tout âge, que ce soit lors de la petite enfance, comme bien plus tard. C’est pour cela qu’il est notamment difficile d’obtenir des statistiques nettes et précises concernant la population trans.
      Enfin, tes statistiques concernent les INTERSEXES et non les TRANS en Iran. La situation des trans en Iran est quelque chose de très spécifique en ce sens que le gouvernement iranien a rendu illégal l’homosexualité et oblige l’une des deux personnes d’un couple homo a faire une transition (MtF ou FtM) afin de correspondre à un schéma hétéronormatif. Nous avons donc un nombre sans doute assez conséquent de personnes « trans » dont la transition aura été forcée par l’état. Il y ensuite sans doute un nombre non-négligeable de trans qui sont véritablement trans et qui on pu bénéficier d’un tel système.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par queerolive 18 Mai 2015 - 12 H 18
      Photo du profil de queerolive

      @ljm

      bonjour

      pour complèter ce que damia a dis et si je me réfère aux définitions de quelques militantEs de longue date ( Transyclopédie de Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira, le blog de Tom Reucher syndromedebenjamin.free.fr)

      Contrairement à damia, je ne recommande pas l’utilisation générique du terme transexuel car il reflète plus une catégorie médicale de pathologisation utilisée par la psychiatrie (comme dans le livre l’illusion transexuelle de Patricia Mercader).
      A utiliser donc seulement dans un contexte adapté. Tom Reucher pour évacuer la connotation négative de transexuelLE utilise le terme transsexe ou trans’.

      Par défaut le terme transgenre me semble plus adapté avec les limites évoquées par damia.

      Pour finir, comme pour damia, le plus simple et consensuel est selon moi d’utiliser le terme de:
      TRANS’ ou mieux PERSONNE TRANS’,
      avec si l’on veut faire dans le fin du fin:
      – l’apostrophe qui permet d’ouvrir sur toutes les réalités trans’ vécues
      – le terme « personne » permet de ne pas limiter le personnage à son vécu trans’

      par rapport à la réalité décrite dans le film, cela donne plein de possibles en plus de trans’ ou personne trans’:
      transboy, garçon trans’, homme trans’, trans’ masculin

      cela donnerait par exemple:
      « Tu sais ce qu’est une personne trans’ / ce que ca veut dire trans’? »
      « Après ça, ils ont découvert que j’étais bien trans’ / un homme trans’ et que je faisais pas semblant. »

      et pour parler de la situation en Iran vous pouvez dire
      « un enfant sur 200 000 est identifié comme trans’ en Iran » ou « la transidentité touche un enfant sur 200 000 en Iran ».
      Le terme transidentité regroupe la réalité transsexe ET transgenre.

      Après pour la stat à la fin du film, si comme le dit damia il s’agit d’une stat sur les personnes intersexe c’est pas cool, mais je ne sais pas si vous en tant qu’équipe traduction vous pouvez y faire grand chose …

      bon courage !
      olive

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 12 H 59
      Photo du profil de ljm

      Merci à vous deux !
      Et quant aux conjugaisons ?
      Au féminin en famille ?
      Au masculin à partir du moment où Rana sait ?
      Au masculin quand Eddie parle de lui-même ?
      Ce que dit Damia n’est pas clair pour nous…

      Du coup : trans’ dans les deux passages du film et transgenre dans le carton de fin ?

      Signaler ce commentaire

       
    • Par queerolive 18 Mai 2015 - 13 H 21
      Photo du profil de queerolive

      Pour la conjugaison
      je dirais:

      – au féminin, lorsque vous voulez pointer que la personne qui lui parle ne reconnait pas ou ne veut pas reconnaitre le fait qu’Eddie est un mec.

      – au masculin lorsque la personne qui lui parle le reconnait comme mec.

      Pour toute les situations où ce n’est pas clair et/ou où vous avez un doute, je vous conseille d’utiliser le masculin.

      Pour les deux passages du film et le carton de fin j’ai fait deux propositions au dessus.

      olive

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Kater 16 Mai 2015 - 15 H 19
      Photo du profil de

      Ce qui suscite cette réaction de la part du policier, c’est qu’il s’agit du permis de conduire du frère d’Eddie. Le policier lui demande pourquoi il a une barbe sur la photo alors qu’il apparaît qu’il n’en a pas encore (en dépit de la scène de rasage). Il s’agit donc d’un cas d’usurpation d’identité. D’ailleurs, de retour à la maison paternelle, le père lance au frère qu’il est « incapable de garder un oeil sur son permis de conduire » (je me rappelle plus de la formule exacte).

      Signaler ce commentaire

       
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 9 H 33
      Photo du profil de ljm

      Effectivement !

      Signaler ce commentaire

       
  • Par patrik 15 Mai 2015 - 11 H 23
    Photo du profil de patrik

    Guerre picrocholine !

    Ça me fait penser à ces groupuscules d’extrême gauche, tous plus unitaires les uns que les autres, qui passent leur (courte) vie à se bagarrer les uns contre les autres pour une virgule de trop (et je ne parle pas du angry inch), au lieu d’utiliser leur énergie contre l’ennemi principal.

    Quelle vision obscurantiste vous donnez au monde !

    Et on parle de 0,0005 % de la population …

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 12 H 20
      Photo du profil de Damia

      Merci de venir nous dire que l’invisibilisation des trans FtM c’est « une virgule de trop ». Et ton paternalisme à deux ronds, on s’en passera, merci bien. Pour nous, trans, l’ennemi est partout.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Th C 15 Mai 2015 - 12 H 01
    Photo du profil de

    C’est étonnant que le traducteur se permettent de réécrire le film pour passer du sujet de la transidendité simple aux personnes intersexes, mais peut-être que c’est comme ça qu’il l’avait compris et qu’il ne s’était pas référés aux scénaristes du film.
    Mais ceci-dit, ce que le film perd en visibilité des hommes trans FtM, il gagne en visibilité des personnes intersexes. Qui en ont grand besoin aussi.
    D’ailleurs, les deux thématiques sont très liées. Les enfants intersexes que l’ont opère à tord à la naissance pour féminiser leurs organes génitaux externes, se révèlent plus tard être très souvent transgenres FtM.
    Si je peux me permettre un peu d’humour: pour les militants trans qui n’arrêtent pas de nous faire la morale qu’on n’est pas éduqué sur la cause transgenre, c’est assez ironique d’ignorer en retour la cause intersexe. Coucou @damia!
    Bon ce n’était qu’un peu d’humour, et je n’en veux à personne (et encore moins à @damia) mais c’était juste pour montrer qu’on pouvait très vite passer du statut d’opprimé au statut d’oppresseur.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par ljm 15 Mai 2015 - 12 H 17
      Photo du profil de ljm

      « C’est étonnant que le traducteur se permettent de réécrire le film pour passer du sujet de la transidendité simple aux personnes intersexes »

      Quel aurait été le terme le plus approprié ?
      Transgenre fâche certaines personnes intersexes.
      Intersexe est le terme qui fâche le moins.

      Signaler ce commentaire

       
    • Par Damia 15 Mai 2015 - 12 H 27
      Photo du profil de Damia

      Trans et Intersexe ce sont deux choses carrément différentes. Tu serais gentil de ne pas faire la confusion entre les deux. Une personne transgenre est une personne dont le genre assigné à la naissance diffère de son genre ressenti. Chez les personnes intersexes, c’est l’appareil génital qui ne réponds pas aux normes binaires de la sexuation vue par le monde médical. Ça n’a rien à voir avec le genre. Les personnes intersexes veulent la fin des mutilations génitales.
      Donc avant de chercher à nous éduquer sur le sujet, renseigne toi deux minutes.

      The C : Je suis d’accord pour la visibilité, mais le propos du film est de parler d’un FtM, et non d’une personne intersexe.
      Sinon, je suis éduquée et sensibilisée à la cause intersexe, merci bien.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Th C 15 Mai 2015 - 14 H 31
    Photo du profil de

    @damia
    « Il peut exister des personnes intersexes qui se révèlent être trans par la suite, mais c’est très loin d’être systématique. Et si tel était le cas, cette personne serait trans ET intersexe. ». Vrai, pas systématique, mais il y a tout de même une FORTE corrélation statistique. C’est (ce serait) dû à la masculinisation (féminisation) du fœtus.
    Puisque les intersexes sont entre les deux sexes, lorsque les médecins choisissent à la naissance, ils ont (pour caricaturer) une chance sur deux de se tromper.
    « Ça n’a rien à voir avec le genre. Les personnes intersexes veulent la fin des mutilations génitales. » Plutôt vrai, mais tu occultes toute une partie du combat des intersexes : que l’enfant (puis l’adulte) puisse choisir son sexe en fonction de son genre ressenti. Une partie de leur raisonnement  est « pourquoi mutiler un appareil génital ambiguë à la naissance alors qu’il y a une forte probabilité de devoir faire l’opération inverse par la suite ? ». Les militants intersexes se battent pour que chaque enfant (et adultes) puisse faire le choix de conserver son appareil génital ou d’avoir une plastie génitale (dans le sens qu’il souhaite) et que ce choix ne soit pas fait pour eux à la naissance, en encore moins sans tenir compte de leur identité de genre.

    Quand au film (que je n’ai pas vu), je crois comprendre que le persan ne fait pas de distinction entre « transgenre » et « intersexe », ou du moins que c’est très confus. Il faudrait une interview plus en détails avec les scénaristes du film (c’est leur bébé après tout).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Killer 15 Mai 2015 - 17 H 09
    Photo du profil de Killer

    M’enfin vous êtes buté ou quoi, il n’a que dans ces sous-titres en français qu’on parle d’intersexualité, la réalisatrice n’était pas au courant parce que CE N’EST PAS DANS CE FILM! Rien ne parle du fait d’être une personne intersexe dans ce film! De plus les gens du festival de Douarnenez semblent surpris d’être cités dans cet article… Vous savez comment on sait qu’une personne est trans ou intersexe ou les deux? La personne le dit! Et bien là en anglais il dit « I’m a transgender » pas je suis intersexe ! Thibault Fougères est complètement à côté de la plaque, il y connait rien en identité trans ou intersexe, au lieu de le reconnaître il raconte n’importe quoi. C’est aussi simple que ça.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Arielle 15 Mai 2015 - 18 H 07
    Photo du profil de Arielle

    Oui, les dirigeants d’Outplay ne sont que des marchands de tapis (persans), qui n’ont distribué ce film uniquement que pour profiter du filon des films iraniens en France. C’est pour cela qu’ils ont dénaturer l’identité trans du film (titre, affiche, sous-titres) dans le but de capter un public bobo amateur de films du monde. Un comble pour une maison d’édition-distribution LGBT !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Killer 15 Mai 2015 - 18 H 39
    Photo du profil de Killer

    Le directeur du festival de film de Douarnenez confirme après concertation avec son équipe qu’ils n’ont pas participé à l’élaboration de ces sous-titres.

    Signaler ce commentaire

     
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 9 H 57
      Photo du profil de ljm

      Il s’agit d’une mauvaise interprétation dans l’article.
      Le festival n’est absolument pas impliqué, des discussions ont eu lieu avec des invités sur les terminologies à employer pour ne froisser personne.
      Étant donné que le film a été mal interprété, ça a froissé tout le monde au final…

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Martine 15 Mai 2015 - 21 H 11
    Photo du profil de Martine

    J’étais à la projection nantaise mercredi passé, et j’ai discuté avec la réalisatrice de l’usage d’ « intersexe » dans les sous-titres français. Clairement, pour elle, le personnage est transgenre, et même « transsexuel ». Le comble : dans un texte en anglais paraissant à l’écran juste avant le générique final, on lit « transgender » qui est traduit par « intersexe » . Face à cette évidence, Thibault Fougères ne peut pas soutenir que la traduction est rigoureuse et qu’il n’y a pas eu de négligence.

    Concernant le titre, je regrette le « Facing mirrors » original. La réalisatrice m’a expliqué le titre original par les images se répétant infiniment dans deux miroirs se faisant face. « Une femme iranienne » est très réducteur, ramenant le film à un de ses personnages principaux, et invisibilisant l’homme trans.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Killer 17 Mai 2015 - 10 H 55
    Photo du profil de Killer

    Est-ce que quelqu’un qui vient d’aller le voir, peut me dire qui est crédité pour les sous-titres?

    Signaler ce commentaire

     
    • Par ljm 18 Mai 2015 - 9 H 28
      Photo du profil de ljm

      C’est nous…
      Je viens de faire notre mea culpa, nous allons rectifier cela au plus vite.
      Merci à Damia, Kater et Killer pour les remarques constructives.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Killer 21 Mai 2015 - 17 H 44
    Photo du profil de Killer

    J’aurais aimé que vous répondiez au mail que je vous ai envoyé il y’a quelques jours, je vous aurais donné le contact de traducteurs trans . Ayant vu que vous avez sous-titré Roméos (du coup , là pas de confusion trans/intersexe), j’espere qu’ à l’avenir vous verifierez auprès du public concerné. J’attire votre attention sur le fait que ayant travaillé au festival de Douarnenez , vous devez avoir des ressources pour contacter des personnes trans ou intersexes. Il n’en reste pas moins la responsabilité de la part d’Outplay et du mépris dont ils ont fait preuve. De « vrais excuses » seraient bienvenues de leur part .

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Killer 22 Mai 2015 - 11 H 44
    Photo du profil de Killer

    J’aimerais avoir plus de renseignements sur le contexte et la façon dont vous avez fait les sous-titres, parce que « des discussions ont eu lieu avec des invités sur les terminologies à employer pour ne froisser personne » , ça intrigue (quand? quel contexte? avec des personnes trans et intersexes ou juste des cis qui donnent leur avis sans penser a demander à des personnes vraiment concernées?)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Killer 22 Mai 2015 - 11 H 49
    Photo du profil de Killer

    Sinon est-ce que « trop transsexuel » est une mauvaise interpretation aussi des paroles de Thibault Fougères?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Modulor 08 Juin 2015 - 14 H 50
    Photo du profil de Modulor

    Une femme iranienne et une transphobie française, ou comment le distributeur français a fait le choix d’amputer le film de sa véritable intention dans une stratégie marketing(http://www.ccr4.org/Une-femme-iranienne-et-une).

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.