[mise à jour, 17h05] Ajout des déclarations d’Albéric Dumont et de Ludovine de la Rochère.

Elle était sans doute la seule à y croire: depuis le début, la «Manif pour tous» se prétend «apolitique». C’était toujours le cas en février, par exemple, alors qu’elle espérait peser sur le résultat des élections départementales. Ou en mars, lorsque sa présidente, Ludovine de la Rochère, citée par RTL, affirmait encore que le mouvement n’avait pas vocation à se transformer en parti politique: «Nous ne sommes pas là pour obtenir des mandats (…) Présenter des candidats n’est pas une possibilité, la “Manif pour tous” n’a aucune raison de traiter tous les domaines ».

Est pourtant publiée ce vendredi 24 avril au Journal officiel une décision de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques datée du 13 avril, selon laquelle:

«l’association de financement du groupement politique La manif pour tous, dont le siège social est situé 115, rue de l’Abbé-Groult, 75015 Paris, est agréée en qualité d’association de financement du parti politique “La manif pour tous” pour exercer ses activités sur l’ensemble du territoire national (métropole et outre-mer)».

Le temps des cachotteries est définitivement passé.

«Avec ce changement, nous avons souhaité mettre notre structure juridique en conformité avec notre action, qui s’inscrit bien dans le champ politique, a indiqué Albéric Dumont, porte-parole du parti, à La Croix. C’était une question de transparence vis-à-vis de nos sympathisants, de l’ensemble des citoyens et des pouvoirs publics. Mais cet ajustement ne change rien à notre fonctionnement ni à nos revendications (…) la “Manif pour tous” ne présentera pas de candidats à des élections. Nous ne franchirons pas ce pas-là.» «C’est une décision technique, une mise en cohérence de notre statut juridique avec notre activité militante et rien d’autre», renchérit Ludovine de la Rochère, citée par l’AFP.