Elle n’a pas sa langue dans sa poche. Et c’est sans doute ce que l’on attend d’elle pour cette 60e édition de l’Eurovision. Pour la première fois, Marianne James commentera l’événement en direct de Vienne, le 23 mai sur France 2, aux côtés de Stéphane Bern. Rencontre avec une véritable fan du concours.

Commenter l’Eurovision, ça représente quoi pour vous? C’est un rêve de gamine. Mais ce n’est pas que ça. Je le fais également parce que c’est Nathalie André qui me l’a demandé. Je ne peux pas lui refuser grand-chose. C’est une femme qui aime les femmes de caractère. Une directrice des divertissements (en l’occurrence pour France 2, NDLR) qui apprécie ce genre de personnalité en télévision, c’est rare. Généralement, ce qu’on aime chez une femme, c’est qu’elle soit rassurante. On aime moins les petits démons qui mordent à la moindre incartade. Elle souhaite voir les stéréotypes féminins évoluer, et je salue cette volonté-là.

C’est un univers qui vous parle? Je suis fan de l’Eurovision depuis des années. L’an dernier, j’ai voté comme une dingue pour Conchita Wurst. J’ai une connaissance du concours, j’aime le chant, j’aime cette fête européenne. En dehors du foot, il n’y a pas d’autres événements aussi rassembleurs.

Vous connaissiez Stéphane Bern, le commentateur qui vous accompagnera cette année? Oui, et on s’entend très bien. On avait déjà participé ensemble à un Qui veut gagner des millions? au profit des pièces jaunes. On s’était bien amusé. C’est quelqu’un de très érudit. Moi, c’est moins ma force. Ce que je vais apporter, c’est ma spontanéité. Le fait de pouvoir rebondir sur une phrase. On est complémentaires. Mais on n’attaquera pas les physiques des personnes. La méchanceté pour faire rire, ça ne m’intéresse pas.

Vous espérez improviser pendant le direct? Oui! Il n’y aura que ça, on n’aura que peu de fiches. La délégation française nous a fait passer des informations sur le concours et ses 60 ans. Mais le côté historique, ce sera plus pour Stéphane. Comme je verrais les répétitions, moi, je vais me permettre d’évaluer les qualités des prestations. Notre seul problème sera sans doute de ne pas parler en même temps.

L’Eurovision est un événement pour une grande partie des LGBT. Et votre duo est très gay-friendly. C’est fait exprès? Non, je ne pense pas, venant de la part de Nathalie André… Oui, c’est vrai que c’est très gay-friendly. Et le concours est un hymne à la tolérance qui sonne d’autant plus juste au regard des déclarations de Vladimir Poutine sur les homosexuels.

À n’en pas douter, comme l’an dernier, les Russes seront hués lors de la finale. C’est l’endroit pour le faire? Non. L’artiste n’y est pour rien. Imaginez que Lisa Angell se fasse siffler pour une décision prise par un de nos dirigeants… J’aime bien l’Eurovision, mais ça ne devrait pas être politique. Et tout est politique aujourd’hui.

Vous n’êtes pas sans savoir que le concours est considéré comme ringard par beaucoup de gens… Je ne suis pas sûre qu’ils soient si nombreux que ça. Ce n’est pas la majorité. Sauf qu’on les entend.

Dès lors, vous ne pensez pas qu’on vous envoie le commenter pour redorer son blason? Ah bon, vous trouvez?

Difficile de ne pas se souvenir du mémorable «Vous avez de la merde dans les oreilles» que vous avez lancé lors de Nouvelle Star à l’encontre du public français. Et là, on vous retrouve à cautionner un programme aux accents parfois folkloriques! Certains pourraient voir ma participation comme une surprise, exactement. Sauf qu’ici, tous les artistes assurent vocalement. Même les Twin Twin, l’an passé, avaient bien chanté. Le problème, c’est que leur second degré était difficilement lisible. Alors, si même les Français ne le comprennent pas, comment voulez-vous que des Macédoniens y arrivent!

La chanson de cette année, vous en pensez quoi? J’aime beaucoup le titre, ainsi que Lisa Angell, qui l’interprète. Je trouve qu’on revient à certains basiques. On a beaucoup critiqué N’oubliez pas en lui reprochant son manque de modernité. C’est oublier qu’on a essayé d’être modernes et décalés! Regardez où ça nous a emmenés… Cette année, on a une chanteuse qui est particulièrement puissante sur le direct. Ça tombe bien, l’Eurovision est un concours de chant. Et puis, la scénographie qui ne vous sera révélée qu’au dernier moment est magnifique.

Nos derniers articles sur Marianne James.