À en croire le site LGBT australien Same Same, Faustina Agolley, aussi connue sous le diminutif «Fuzzy», est l’une des personnalités de la télévision les plus aimées. Et la semaine dernière, le soir de son 31e anniversaire, celle qui co-anime l’édition australienne de The Voice est sortie du placard. Elle s’est dévoilée dans un texte tout simple et tout aussi touchant (avec un gâteau arc-en-ciel vegan et sans gluten), alors que l’Australie débat depuis des mois d’une éventuelle ouverture du mariage aux couples de même sexe.

«Je suis homo, a-t-elle écrit sur son blog. Et ce soir, pour fêter mon anniversaire, je partage un gâteau arc-en-ciel avec mes ami.e.s. C’est l’Elton John des gâteaux, même les flammes sont arc-en-ciel.

Enfant j’ai toujours su que j’étais homo, mais en cours de route je me suis perdue. Il a fallu un long – et pas toujours panoramique – chemin pour me ramener à qui je suis réellement.

J’avais besoin de trouver ma tribu. Je ne la cherchais pas activement, bien qu’à un moment l’an dernier j’ai rencontré un groupe de femmes avec qui une réelle connexion s’est faite. Je me retrouvais en elles de nombreuses manières. Et ce sont des femmes de caractère que je respecte. Surtout, ce sont des femmes généreuses et attentionnées. Pour la première fois de ma vie j’ai vraiment compris qui je suis et je me sens en sécurité avec elles. Elles m’ont redonné confiance en moi, m’ont redonné une voix. Et je les aimerai éternellement pour cela.

Par bonheur ma tribu s’est désormais élargie à ma famille et aux ami.e.s à qui j’ai trouvé la force de faire mon coming-out. Nous avons fait du bruit, un bruit de célébration. Nous avons noyé la négativité qui traverse malheureusement de trop nombreux foyers, de trop nombreuses communautés, gouvernements et pays à travers le monde.

L’une des plus importantes leçons que l’on peut tirer de la littérature et de la philosophie et à laquelle on revient toujours, c’est “connais-toi toi-même”. Pour celles et ceux qui lisent ceci et qui sont LGBT et au placard: même quand la société ne vous reconnait pas comme égaux/ales en raison de votre sexualité, sachez qui vous êtes. Et comme pour moi, sachez qu’il y a des gens dans le monde qui vous soutiennent et sont là pour vous.

Certain.e.s se demandent peut-être, “mais pourquoi ressent-elle le besoin d’écrire ceci?”. La réponse est que je ne cherche rien, n’attends rien. Cela me semble simplement le bon moyen, le moyen le plus naturel de le faire savoir, pour être sincère.

Aussi noire qu’est ma peau, aussi chinois qu’est mon sang, aussi australienne et britannique que sont mes nationalités, je suis aussi une femme homosexuelle et fière. Mais – et c’est le plus important –, je suis un être humain heureux.»